Archives de catégorie : RACE

2021 – OS BMX BBQ #5 – BEX

L’affiche gourmande signée Boul!

Par Christophe Gentizon, organisateur.

Voilà, cette cinquième édition du OS BMX&BBQ.ch est terminée. Elle était un peu spéciale puisque j’y arrosais aussi mon demi-siècle.

Vendredi 4 Juin, comme d’habitude, on se fait une petite soirée « tranquille » avec les premiers arrivés (quelques pilotes français et allemands) sous la cantine tout juste montée par le club de Bex (Suisse) qui nous accueille.

Le vendredi soir, dégustation de produits « locaux »!

Heureusement d’ailleurs qu’on avait cette cantine car nous nous sommes pris des trombes d’eau sur la tronche ce qui a transformé les environs, et la moitié de la cantine aussi, en véritable bourbier. Peu rassurant pour le lendemain tout ça. On a bien ri et vers 3h, on est quand même allé se coucher.

Samedi 5 Juin, réveil tôt, car mes parents vont nous faire un jambon à l’os à la broche pour le repas de midi et il faut que le feu soit bien chaud à leur arrivée. Dehors, il pleut encore… je me fais une raison et me dis que fallait bien que ça arrive une fois, on fait un sport de plein air non ?!

Enfin la pluie cesse et les pilotes arrivent gentiment. Il faut néanmoins bien faire attention à où nous mettons nos pieds (j’en ai perdu une Vans) car par endroit c’est « mouvant ». La piste elle a bien tenu.

La piste de Bex
Jérome Mollier envoyait autant au niveau bike/tenue qu’au niveau du style!!!!

Alors que certains émergent péniblement, Jérome Mollier, tout de Powerlite vêtu est déjà là à rouler. On dirait qu’il a faim de BMX le bougre. La piste est quasi sèche, un vrai petit miracle.

Au fur et à mesure des arrivées, je reçois aussi des messages de pilotes me disant que pour des raisons météo, d’un pote qui d’un coup est absent ou de conardovirus, ils ne viendront pas. Je les comprends, mais ça me fout les boules quand même. Mais les voitures se suivent et gentiment, une bonne cinquantaine de pilotes sont là. De l’ancien junior à un vice-champion du Monde, on va retrouver de tous les niveaux sur la piste. Car oui, presque tout le monde a ridé. Un des meilleurs exemples, ce sont les Diableurs François Pitois et Alain Broyer qui le montrent, Alain retrouvant même une seconde jeunesse.

Le diableur Alain Broyer s’est senti pousser des ailes.
Avec François Pitois, le fantôme d’Yves Sarrazin était parmi nous.

Moi, je dois me dépêcher de faire une salade de pâtes pour accompagner le jambon (merci maman pour le gros coup de mains) avant de pouvoir rouler. Sur la piste, je vois que les tours s’enchaînent sans moi et il me tarde de rejoindre tout ce beau monde. 12h15, enfin je les rejoins sur mon cruiser Roth, un modèle unique construit par un artisan suisse vers 1985 et dont je suis propriétaire depuis 1989 je crois. Je viens tout juste de lui offrir une seconde jeunesse et il me tarde de retrouver mes sensations à son guidon.

Plates ou clips, jeunes ou vieux… on s’en fiche! Une seule et même passion, le BMX, et un grand plaisir, le partage. C’est ça l’esprit OS BMX&BBQ.ch!

Ah oui, j’oubliais presque de dire que parmi les anonymes s’était glissé le vice-champion du Monde 1984, Xavier Redois qui m’a fait l’énorme plaisir de sa présence. Il y avait aussi d’autres superclass de la belle époque, Philippe Riffey (toujours aussi stylé) et en bord de piste car blessés, on retrouvait Christophe Boul et Thierry Minozzi. Ce dernier n’arrêta pas de chambrer Xavier pour le pousser à retrouver ses sensations sur son Diamond Back. En parlant de Xavier, Romain Nussbaumer avait même pris la peine d’amener un Gitane Mustang avec pédalier Sugino 400 pour être conforme à celui que X-Or avait roulé.

A 55 ans et après 5 ans sans BMX, Xavier Redois assure toujours!
A bientôt 50 ans, Philippe Riffey met toujours du style!
Belle brochette de champions : Jérôme Mollier, Thierry Minozzi, Xavier Redois, Christophe Boul.
Xavier et « son » Gitane Mustang.
Un organisateur qui travaille son tabletop!

Le repas se passe dans la bonne humeur, une petite averse vient juste nous embêter et hop… on retourne rider. Parce que papoter c’est sympa mais rider ensemble c’est encore mieux. Et pour citer Philippe, ici c’est cool car on a pas de section Pro, mais il y a une section Senior. Perso, je suis les conseils du professeur Xavier et vais chercher le tabletop… des deux côtés. Le temps avance et les pilotes du club local se mélangent à nous. Plein de jeunes avec qui beaucoup ont échangé et partagé la grille aussi. Car plutôt que de râler contre ceci et cela, ici on partage. Les jeunes donnent de l’énergie aux anciens et les anciens partagent un peu de l’histoire de notre sport.

Toutes les générations sur la même grille. Tous la même passion!

Certains vont participer à une course que le club du BMX Chablais organise en nous accueillant aussi. Mais la grande majorité est déjà passée du côté de la buvette et commence à enchaîner les succulentes raclettes, ou repris le chemin du retour. La soirée anniversaire s’annonce cool, et longue.

Au final, je suis passé par tous les sentiments mais j’ai passé une excellente journée et là est le principal.

Florence Julia a repris le BMX lors de la troisième édition après avoir arrêté à 8 ans.
Tellement pris que j’ai oublié de mettre ma plaque spéciale cinquantième sur mon Ice Fast (ben vi, on roulait aussi en NS).

Je ne reviendrai pas sur le superbe geste de Thierry (*), car Igor en pleurerait à nouveau et moi avec, mais un énorme merci à tous ceux qui étaient là, au club du Chablais désireux de ce partage, à Xavier qui a amené un ingrédient de plus et permis à quelques pilotes de rêver à ses côtés, à mon frère et ses filles qui sont venues en portant un tee-shirt de Bercy ou de la 1ère University of BMX à Orlando en 1990, ainsi que des Vans, of course, et un merci aussi à tout un collectif de pilotes OS qui m’a offert de quoi habiller mon Roth ainsi qu’une jolie cagnotte.

Et vous savez ce qui m’a fait le plus plaisir… ce n’est pas du BMX, c’est que mes parents ont passé eux aussi une excellente journée en retrouvant des personnes qu’ils n’avaient plus vues depuis longtemps. Et ça, ça n’a pas de prix !!!!

Les parents du Zon à l’œuvre avec le jambon.

Bref, j’ai 50 ans, je ride toujours mon BMX et je vais le faire aussi longtemps que possible.

_________________________________________________________

(*) Y a un gars, un certain Thierry Minozzi, il m’a déjà fait plaisir en faisant le déplacement depuis l’Occitanie jusqu’en Suisse mais ça ne lui a pas suffi. Grâce à lui j’ai pu porter cette magnifique tenue d’un team dans lequel beaucoup auraient voulu être et me la péter un moment.

Mais connaissez-vous Igor Vasquez ? On le voit là, à gauche, sautant sur son vieil Auburn avec la tenue adéquate, et il cherchait cette tenue MCS pour en faire une copie. Bah il n’en aura pas besoin, car hier il l’a reçue, et a versé quelques petites larmes. C’est Thierry qui lui a offert après m’avoir dit « tu sais quoi, il est tellement passionné que je crois que je vais la lui offrir!!! » BRAVO THIERRY !!

 

_________________________________________________________

Pour compléter, quelques réactions à chaud glanées sur les réseaux sociaux :

Xavier REDOIS
« Un grand merci Christophe Gentizon pour l’accueil et l’organisation de ce très sympathique old school a Bex… Je n’étais pas au top du table samedi mais on y reviendra … La reprise à 55 est de plus en plus compliquée mais le plaisir est intact!… »

Messieurs Minozzi et Redois

Thierry MINOZZI
« J’ai passé un samedi génial en Suisse, j’ai rencontré des gens tellement sympas, un vrai plaisir de tous vous croiser. Il y avait une méga légende (le type à côté de moi sur la photo mais chut), une autre super star (le roi du marqueur, merci pour le dessin, Christophe Boul ), une autre star en tenue old school mais qui a du faire 1450 tours de piste (merci pour la bière, Jérôme Mollier), un des types les plus gentils du monde ( Bernard Arzac ), l’armada Suisse avec qui je me suis tiré des bourres toute ma jeunesse (Laurent et Rodric), le type avec qui j’ai utilisé le plus de salive, monsieur puit-de-science Vincent Champetier, le monsieur style et gentillesse en personne avec qui je me suis aussi tiré la bourre Phil Riffey, le « koum » Laurent Kompaore et plein d’autres. Des gens souriants, agréables au possible, des passionnés, vous voir rouler à été un régal, sans ce problème de poignet ça aurait été le top de rouler avec vous.  Merci à tous, tous ceux que j’ai rencontré, c’était vraiment un bon moment. Merci à Papa Gentizon pour le repas du midi (ce jambon ). Et surtout un énorme merci à ce monsieur sans qui il n’y aurait rien eu Christophe Gentizon. Merci pour ta gentillesse, ton accueil et surtout ton investissement pour cet événement. Je me suis régalé toute la journée. Une belle famille ce petit vélo. »

Zon by Boul pour Zon!

Christophe BOUL
« Belles retrouvailles avec les zamis du bmx new et oldschool sur la belle piste du sympathique club de Bex pour cet OS BMX BBQ 5. Heureux d’avoir retrouvé Christophe Gentizon, son papa et sa maman, son frère Patrick Gentizon, et la famille et les zamis pour célébrer les 50 belles premières années du Zon ! Quel grand plaisir de retrouver Xavier « X-Or » Redois, Thierry Minozzi, Jérôme Mollier, Laurent « Koum » Kompaore, Alain Broyer, François Pitois, Bernard Arzac, Chritou Régnier, Manu Fouché, Lydie Bdn, Fabrice Ratelli, Phil Riffey, Igor Vasquez, Dom JustDom (merci pour le beau cadeau), Frédéric Argenson, Manu Seracing, Laurent Tièche, Rodric Neri, Alain Stoll, Aussibon Cruquecuit et le fiston, notre cher Saúl Jorge Varandas Ferreira, et les amis allemands avec Juergen Wagner, Fran Ko et tous les autres passionnés de ce p’titi vélo ! Un bien bon moment commencé sous un déluge le vendredi soir mais les rires et la chaleur humaine nous ont bien réchauffé la température ! Merci le zon et les zamis du bmx! »

Bernard Arzac et Manu Fouché à l’attaque!

Manu SERACING
« Le temps a joué des tours… mais l’esprit BMX de tous âges était au rendez-vous… Une ambiance super cool , le cocktail de Mister Zon : de la passion, on touille, on mélange avec des jeunes, des vieux (pardon comme dirait Xavier Redois : les Old School!!!!!), des amateurs, des juniors, des pros, des superclass, etc… En fait, y’avait tout simplement des passionnés… même nos amis allemands étaient de la « party »! Les discours n’étaient pas le prix de telle ou telle pièce OS… mais une ambiance BBQ and RIDE! Faire des starts avec Xavier Redois (euh comment dire un rêve de p’tit junior, ça!!!!), mélanger sur une ligne avec des jeunes des OS avec tous des niveaux différents, c’est cela la bonne recette… Profiter du BBQ de la Family Zon, partager, échanger, manger à table avec Xavier Redois et causer de tout, et de BMX aussi… On avait l’impression un instant d’être dans une ambiance 80’s autour de la piste, au moins dans l’esprit et en toute simplicité… Une ambiance cool! MERCI A TOUS et surtout big dédicace à Christophe Gentizon!!!! Mister Zon!!!!! »

Manu SERacing en mode saut de grenouille!
Romain Nussbaumer en version BMX Bandit
Dom Bollinger a fait découvrir les joies du side-car à beaucoup de jeunes du club de Bex.
Multiple champion suisse des 1971 et Elite, Rodric Néri était aussi de la partie.
Marc Woodtli, 1er suisse à participer à une finale mondiale (Slagharen en 1983 en 12 ans) en action!
Bertrand Gimenez et ses Spin!
Après 35 ans d’arrêt, Etienne Mezin est de retour sur un BMX.

Et un grand merci à tous les photographes : Frédéric Argenson, Lydie Bdn, Chritou Régnier, Hugo Coach and Photography.

1988 – Bercy 5 – Footage amateur

Dimanche 6 Novembre 1988 était organisé le 5ème Bicross International de Paris-Bercy, l’événement « bicross » annuel incontournable à l’époque! Cette année-là, j’avais la chance d’être à l’intérieur du POPB, en spectateur! Des heures de trajet en car depuis Mâcon, direction la capitale, sans savoir à l’avance quels ricains on allait avoir la chance de voir en vrai… Je me revois encore dans ce temple du bmx « totally out of control », vibrant au moindre exploit! C’était juste dingue… Un souvenir incroyable!
Si tu veux revoir les différents sujets diffusés à la TV à l’époque, ça se passe par là… Mais si tu veux de l’inédit, des images amateurs exclusives filmées au cœur de l’arène, c’est ici que ça se passe!

Alors on attaque direct avec une exclu oldschoolbmxfrance, 55 mn d’images totalement inédites filmées depuis les gradins par Mr Baudeau de la ligue Rhône-Alpes: essais, courses des pros, démo de Brian Blyther et Mat Hoffman… Des images précieusement conservées par Arnauld Grégoire:

Et du côté de Melle (79), un autre caméraman avait lui-aussi réussi à rentrer dans le POPB avec sa caméra. Merci à Jean Mary Poupinot pour ces 60 mn d’images incroyables mélant race et free:


Et dans le même temps, Jacky Frattini, qui avait fourni les rampes pour le show, a eu l’excellente idée de filmer depuis l’aire de free. Voici donc les images des entrainements de Philippe Pereira (RIP) et Christophe Chevalier quelques heures avant le show, dans un POPB encore vide, suivies de celles de Brian Blyther et Mat Hoffman! Des images exclusives, usées par le temps, au cœur des répèts:


Jacky Frattini a également filmé le show de free des meilleurs français du moment, Messieurs Philippe Pereira, Christophe Chevalier et David Chabert dans un POPB survolté! Avant d’enchainer avec le show très très aérien de Messieurs Brian Blyther et Mat Hoffman, chauffés à bloc par un The Duke survolté, au milieu de 13000 spectateurs surexcités! Des images exclusives, un peu bancales, au cœur de l’action:


1984 Les Diableurs en Folie

Yves Sarazin – Remise des prix Mours-St-Eusèbe – 1984

Hervé « Zouzou » Gilbert, un des pionniers du Bicross Club des Diableurs de St-Denis-les-Bourg (01), nous a dégoté une petite vidéo bien rare comme on les aime, datée de 1984: 17 minutes d’images inédites de courses junior, entre Romans-sur-Isère (26) et Mours-Saint-Eusèbe (26). Ce montage super 8 a été réalisé à l’époque par Robert Largy, trésorier du club, et bien évidemment on retrouve des Diableurs sur chacun des plans, un certain Alain Broyer figurant en pôle position, facilement reconnaissable à ses cornes sur son casque… C’est également l’occasion d’avoir une pensée pour Yves Sarazin, présent dans la vidéo, et qui nous a malheureusement quitté il y a peu…

Hervé nous parle de Alain: « J’ai un bon souvenir de la piste de Mours pour le Championnat d’Europe puisque j’y ai terminé 7ème en finale en compagnie de Alain qui finira 2ème derrière Jean-Luc Ferré qui a eu très chaud aux fesses à l’arrivée… Si Alain avait pu prendre de bons départs, je pense que personne n’aurait jamais pu le suivre à l’époque, même des supers bons, j’en suis absolument certain. Il commençait vraiment à être en contact avec des fournisseurs. Il faut juste signaler que j’étais le seul 16 ans en finale 17 et +, il y avait trop de monde en 16 ans. Si tu avais vu avec quelle vitesse il m’a doublé dans la deuxième ligne droite… un truc de dingue! Et j’en ai d’autres comme ça, en Open Superclass à Givors, il était transcendé sur son bmx, il me foutait même la trouille parfois car il voulait toujours « pourrir » les grosses têtes, il ne lâchait rien jusqu’au jour où… crac [NDLR: fracture des scaphoïdes] »
Et perso, quand je suis arrivé chez les Diableurs en 1986, il y avait cette légende autour d’Alain, ce pilote qui aurait pu devenir Superclass s’il ne s’était pas blessé… Je ne l’ai jamais rencontré à l’époque, c’était un mythe, ce champion mystérieux avec ses cornes… Et je l’ai croisé pour la première fois à la Oldschool de Cavaillon en Août 2013!!!
Yves Sarazin avait d’ailleurs déniché une bande super 8 avec une manche du Championnat d’Europe à Mours où on voit Alain survoler sa catégorie:

J’en profite pour compléter par une autre anecdote de Hervé au sujet de Alain : « C’était je crois en 1985 ou 86, les connaisseurs pourront confirmer, à Givors sur la nouvelle piste rénovée pour une une open superclass/expert, il y avait du beau monde pour cette course, dont la visite de Mike Miranda, complètement improbable et fou pour nous tous, je ne sais pas comment le club s’était débrouillé mais la classe… La piste était légèrement en descente et bien classique mais surtout rapide et pas trop technique, idéale pour notre Diableur Alain… Comme à son habitude notre Diable était toujours discret, jamais d’esbroufe, et peu de monde le connaissait au niveau national… Mais là ils ont découvert un vrai talent de pilote avec le Béry rose, il fallait voir tout le monde sur le bord la piste, bouche bée !! J’exagère un peu peut être mais beaucoup de superclass à l’époque ont flippé quand ils l’ont vu survoler les qualifs avec son style si inhabituel, trajectoires de fou et une vitesse supersonique. Je m’en souviens comme si c’était hier, il y a des choses dans la vie qui restent scotchées dans la mémoire. Comme d’habitude les places idéales sur la grille de départ étaient les 4 proches de l’intérieur, lui était à la 8, bref la grille pourrie normalement. Le départ est donné, Alain toujours à la rue prend un départ moyen et est dans le groupe à l’arrivée du premier virage, et là il décide de ne pas plonger à la corde mais de continuer complètement à l’extérieur, les manivelles du Béry en 185 (pédalier prototype Béry) tournaient comme un moulin en pleine tempête, on voyait le vélo se tordre sous les assauts des coups de pédales et la roue arrière se dérobait en laissant une belle trainée sur le sol, j’y croyais pas mais notre Alain est sorti premier du virage, ça m’en donne encore de frissons, c’était MAGNIFIQUE, tout le monde était stupéfait, du très grand pilotage et sens de l’attaque et du culot qui payait, malheureusement il ne put aller bien loin il souffrait trop de ses blessures aux poignets. Un grand pilote qui restait toujours humble et n’était jamais satisfait de ses résultats dommage qu’il n’ait pas continué, pour nous tous au club c’était une fierté qui nous poussait à nous surpasser et aller de l’avant. »

Un gros merci à Hervé pour la VHS et les souvenirs…

Yves Sarazin et Hervé Gilbert lors d’une course Junior à Romans – 1984

1988 Paris-Dinard

ParisDinardSamedi 2 Avril 1988 était lancé au Trocadéro le 1er rallye Paris-Dinard, une aventure de 7 jours en BMX et VTT réservée au kids de 12 à 18 ans, un peu à la manière de son lointain cousin le Paris-Dakar: étapes chronométrées, spéciales, parcours de liaisons, caterings, bivouacs, séances mécaniques… Une grosse organisation signée Jérôme Garamond, épaulé par l’AFB et le Club Med entre autres !
L’évènement avait été médiatisé à l’époque, départ et arrivée en direct dans « Samedi Passion » sur Antenne 2, sujet de 30 mn dans « Sport 3« , mais ces images ne sont pas réapparues à ce jour… A notre connaissance, seul un sujet du « Flash Mag » de Patrice Drevet sur TF1 a été conservé :

Mais en numérisant les archives de Jacky Frattini (*), nous avons eu la surprise de tomber sur une cassette d’une étape du Paris-Dinard, 54 mn de rushes de l’avant dernière étape entre Flers et Granville, à la Pointe des Salines ! A priori, Jacky a filmé une quinzaine d’heures de ce rallye, en vue d’un hypothétique montage à l’époque, mais nous ignorons ce que sont devenues les autres images… Ces rushes étaient à la fin d’une cassette, il manque le début car d’autres images d’un autre événement qui n’a rien à voir avaient été enregistrées par dessus ! Bref, place aux images exclusives et aux souvenirs :

Petite anecdote à partir de 06:09 avec un rider de la Maréechaussée qui s’élance sur le parcours et qui n’est pas sans rappeler cette double page de Bicross Mag (#69 – Juin 88) :

(*) Pour ceux qui l’ignorent, Jacky Frattini était à l’époque le manager du team de free Vélo 2000, composé entre autre de Philippe Pereira, Valéry Botétème, Jean-Claude Loubrier, Armin Batoumeni… Il était également le créateur du fameux spot de Longjumeau, avec ses rampes mythiques et ses nombreux freestylers ! Jacky a activement participé au développement du free en France et à l’ascension de ses poulains, Philippe Pereira en tête, et sa caméra n’était jamais très loin… On est donc super heureux de pouvoir vous proposer ce témoignage vidéo exclusif, grâce à la complicité de Jean-Claude Loubrier qui a déniché les cassettes et de Vincent Garreau qui nous a ressorti un vieux camescope Hi8 du grenier ! Un gros gros merci à eux !

1987 Chpt d’Europe Le Nouvion – FR3 Picardie

LeNouvion87-AfficheUne heure de direct sur FR3 Picardie à l’occasion des Championnats d’Europe de Bicross les 29, 30 & 31 Mai 1987 au Nouvion-en-Thiérache dans l’Aisne. Un sujet présenté par Thierry Adam avec pour invités Jean Lengrand (Champion du Monde 86), Didier Pouvreau (speaker), Xavier Redois (Champion de France 86 & 87) et Claude Vuillemot (en tête du Chpt d’Europe). Les 5 manches superclass se déroulent en live, entre des images de courses experts, un sujet sur Jean Lengrand, le champion local, un clip avec les Mad Dogs, une interview de Guy Breillat, l’organisateur, et une visite de l’usine MBK à Saint Quentin.

A noter donc, un petit sujet sur les Mad Dogs, avec un Jean Lengrand freestyler ayant rejoint le mythique team MBK pour l’occasion :

Ces Championnats d’Europe ont également fait l’objet de plusieurs autres sujets diffusés sur FR3 Picardie, ce qui montre bien l’importance de cet événement dans la région :



Merci à Guy Breillat, Président-Fondateur du Nouvion Bicross Club et organisateur de ces Championnats d’Europe à l’époque, pour l’upload de ces vidéos collector.

2016 – Docu Christophe Lévêque, The Flying Frenchman

Juillet 1987, Finale du Championnat de France Junior à Pau, un jeune rider atomise la catégorie 13 ans, un certain Christophe Lévêque, le numéro 854! Un kid de région parisienne qui passait systématiquement la première simple en tête, jusqu’à la ligne d’arrivée… Je m’en souviens comme si c’était hier…

Trente ans plus tard Christophe est une légende mondiale du bmx, avec 11 titres de Champion de France et d’Europe, 5 titres Pro NBL et ABA, 9 titres de Champion du Monde et il fait partie du mythique BMX Hall Of Fame depuis 2015! Il était donc plus que légitime qu’à un moment ou à un autre son histoire fasse l’objet d’un DOCUMENTAIRE, un vrai, un riche et passionnant documentaire vidéo… Mathias Garcia a donc eu le courage et la force de s’y coller, avec passion! Face à l’ampleur du défi, il avait lancé une campagne de financement participatif il y a quelques mois, mais la sauce n’avait malheureusement pas pris… Mais c’était sans compter sur sa grosse motivation! Et le résultat est là, 1h20 d’images inédites, de témoignages passionnants et d’anecdotes croustillantes…

bpl9111Mathias connait très bien Christophe, et lui consacrer un docu lui semblait une évidence! Christophe a enchainé les victoires à une époque où le bmx était finalement peu médiatisé, à la fin des années 90. Le web balbutiait, de rares magazines de bmx survivaient… On sait tous qu’il a eu le courage d’aller s’installer aux Etats-Unis, histoire de montrer aux ricains qui était le plus fort. On a tous à l’esprit son incroyable technique qui a bousculé le monde de la race, mais dans le détail, on ne sait finalement pas grand chose de sa magnifique carrière… Christophe est quelqu’un de relativement discret… Et comme le dit Anne-Caroline Chausson dans le docu, « beaucoup de gens ne sont pas au courant de qui est Christophe Lévêque! » (*)
Savez-vous par exemple que Connor Fields, Champion Olympique 2016, roule pour Chase Bicycles, une des marques créées par Christophe? Et que les deux médailles de bronze à Rio, homme et femme, font également partie de son Team? Sans oublier le Champion du Monde et des USA 2016, un certain Joris Daudet…

christ11Bref… Le docu est divisé en quatre grandes parties, les étapes charnières de sa carrière dans le bmx. Christophe est le narrateur de sa propre histoire, face caméra, entrecoupé de témoignages de grands noms du bmx qui ont croisé sa route : Denis Casamatta, Anne-Caroline Chausson, Gerrit Does, Mike King, Cédric Gracia, John Purse, Max Commencal, Craig Reynolds, Fred King… Le tout est abondamment illustré de vidéos et photos d’archives inédites pour la plupart, les anecdotes s’enchainent, c’est une véritable immersion dans la carrière du plus grand champion de bmx français! Passionnant!

Alors installez-vous confortablement, basculez en mode « HD » et « plein écran » (les p’tits boutons en bas à droite) et place aux images…

Petite rencontre avec Mathias Garcia, réalisateur du documentaire
garcia levequeSalut les viocs! En fait, je dois être un peu comme vous! Je suis né en ’72, au siècle d’avant, du coté de Paris. J’ai donc grandi dans le quartier de La Bastille et mon meilleur ami, Jeremy, m’a emmené le 24 Novembre 1985 du coté du POPB! Ce jour-là se déroulait le second Bicross International de Bercy!!! Forcément, le déclic! Je possédais déjà un Peugeot CPX 210 qui rendit l’âme dans les marches du Trocadéro! J’ai ensuite eu un Raleigh After Burner stické Skyway TA! Je roulais sur les quais de Seine, du coté de Notre-Dame. Ensuite j’ai eu un GT Pro Performer, un Haro Master pour me tourner ensuite vers la race. J’étais au club de Verrière-le-Buisson à la grande époque des Minozzi, Grevet et autres… Deux années de junior, avec un bon niveau en bois comme dirait Batman (souvenez vous…). Après j’ai été au club de Fresnes puis un retour quelques années plus tard à Colombes. J’ai jamais été d’un niveau digne de ce nom, mais vraiment du bon temps passé entre amis. Je suis passé ensuite sur le trail et park, et puis avec Jwell en 1999 j’ai fait quelques numéros de BMX-UP en tant que Rédacteur en Chef, avec Mikael Legrain. De très bons souvenirs et une époque que j’ai vraiment adoré! Pendant l’époque très basse du BMX, je me suis aussi occupé de la boutique Jelly Pot à Paris qui était le dernier lieu ou l’on pouvait trouver des pièces pour son 20 pouces…Ma sœur était à cette époque mariée avec Fred Legall. Je suis donc toujours resté au courant de ce qui se passait dans le milieu de la race. Je roule encore en park avec mon Fit de temps en temps mais mon dos apprécie de moins en moins… malheureusement!

tra01J’ai vu Christophe « grandir » dans le milieu! Il avait à l’époque une image de quelqu’un d’assez sauvage… J’ai eu la chance, pendant un voyage en Californie, de le rencontrer sur une course à Santa Clara. Il m’avait alors invité à passer chez lui, à Costa Mesa quelques jours plus tard. Je lui dois les meilleurs souvenirs de BMX de ma vie. En effet, nous étions allé chez S&M, à Sheep Hills, nous avions ridé avec les frères Foster, etc… LE RÊVE!! Depuis, nous sommes toujours restés en contact. Christophe est quelqu’un que j’apprécie réellement, c’est quelqu’un de très humain, même trop parfois… Lors de son passage sur l’Ile de la Réunion, où j’habite depuis 5 ans, je lui ai proposé d’enregistrer cette interview et il a accepté. J’ai été très surpris qu’il veuille car, le connaissant, je ne m’attendais pas à ce qu’il se livre. Le plus incroyable c’est que cette interview a été réalisée il y a deux ans et que l’on peut voir que Christophe a été très visionnaire. Merci à lui pour cette belle carrière et pour être ce qu’il est!!

En 2014, Mathias avait déjà réalisé un sujet sur Christophe et ses différentes marques, sorte de petite mise en bouche avant le documentaire complet :

(*) Petite anecdote amusante de la part de Christophe Vico, Champion français des années 80 et organisateur de la célèbre Oldschool de Cavaillon 2013, pour rebondir sur la petite phrase d’Anne-Caroline Chausson citée plus haut:
« En 1996 ou 97 je me retrouve embarqué sur une course de bmx à Cavaillon, une seule me suffira ! (NDLR: Christophe était déconnecté du monde du bmx depuis pas mal d’années…) Je n’avais pas pris mon 20 pouces depuis 10 ans, ce fut une véritable torture tant pour le physique que pour l’ambiance pourrie autour de la piste. Pourtant une chose m’a marqué ce jour là, j’apprends qu’un certain Christophe Lévêque a cassé la baraque aux USA, il a fait ce que tout bon pilote français rêvait de faire, rouler au pays mythique du bmx et en plus gagner des trophées. Légende ou pas, on me dit que le mec accélère sur le plat en bmx en atteignant 60km/h. J’étais scotché! Enfin la France obtenait sa place d’honneur dans le rang mondial de ce sport même si des Minozzi ou autre Chevreton avaient également porté tout haut les couleurs tricolores. Le plus surprenant c’est que je ne le connais pas, je n’ai échangé en tout que quelques mots avec lui lorsque Seb Ronjon est venu me dire à la Oldschool de Cavaillon 2013 que Christophe était présent parmi nous. Imaginez : je suis perché dans le gros pickup aux cotés de Xavier Redois, Claude Vuillemot et la bande des freestylers fous, on va démarrer le défilé. Devant nous René Nicolas et Gerrit Does sur leurs bécanes, derrière nous les ricains dans la caisse mexicaine. Je prends le micro hf et annonce en vitesse « Christophe Lévêque viens vite nous rejoindre! »… Quelques seconde passent et là, je l’aperçois en chair et en os pour la première fois de ma vie, il arrive au pas de charge, l’air très surpris… Je me revois lui dire « salut Chris monte viiiite dans la Mustang! »… Il l’a fait et la suite vous la connaissez. Je ne l’ai plus vu de la soirée, mais j’ai eu l’impression du devoir accompli, j’étais heureux de cet imprévu absolument fabuleux.

Arrivée de Christophe Lévêque dans la Mustang / Cavaillon 2013 / Photo Fabrice Passarelli

Ce mec est l’exemple même de la réussite en bmx, il a fait rêver des milliers de mômes et continue encore aujourd’hui avec sa marque Chase qui est championne Olympique. Et puis il est d’une telle discrétion que c’est tout à son honneur… J’aimerai bien un jour me retrouver autour d’une table et d’une bonne bière avec lui pour tchatcher de tout cela. Et ouais, même à 48 piges on reste des mômes rêveurs. »

1968-2016 – Yves Sarazin

Le 2 Septembre dernier nous apprenions avec tristesse la disparition brutale de Yves Sarazin…

Cavaillon 2013 / Photo JP Lalle
Oldschool Cavaillon 2013 / Photo JP Lale

Yves faisait partie des pionniers de notre sport au début des années 80, via le Club des Diableurs à St-Denis-les-Bourg en Rhône-Alpes. Il n’avait rien lâché depuis toutes ces années et avait converti toute sa famille à la passion du bmx. Il était à l’origine du « Oldschool BMX Saône Trophy » sur la piste historique de Neuville-sur-Saône…

Son ami Christophe Boul a eu la douloureuse tâche de nous annoncer sa disparition dans notre groupe des anciens :

« Je dois vous annoncer la difficile et triste nouvelle… Yves Sarazin nous a quitté brutalement hier soir. Je pense très fort à ses proches, sa femme Karine et ses 3 enfants Vincent, Justine et Camille, et toute sa grande famille solidaire et unie dans cette douloureuse épreuve.
Je suis bouleversé par cette terrible nouvelle qui m’a mis KO… Yves était un ami de longue date, une personne adorable, un homme engagé, volontaire, solidaire, sportif, des qualités humaines et professionnelles extraordinaires. J’ai eu la grande chance et l’honneur de l’avoir eu en ami et copain de course… Nous allions nous retrouver pour faire la fête à la Oldschool de Neuville, ce sera une autre fête, mais nous serons tous présents pour te rendre un dernier hommage mon cher Yves, tu vas nous manquer énormément !!!!
Venez tous nombreux à Neuville les 15-16 Octobre pour lui rendre un vibrant hommage. »

Oldschool Cavaillon 2013

Je me permets également un petit copié-collé d’un témoignage touchant de Hervé « Zouzou » Gilbert, commentaire peut-être passé inaperçu sur la page créé en hommage à Yves sur Fabmx1.com. Hervé fait partie des fondateurs du Club des Diableurs :

#434 / Dardilly 86 / Dernière année « Junior »

« Je me décide à écrire un petit mot à mon ami Yves, il m’a fallu plusieurs jours pour croire à sa disparition, quelle tristesse s’est emparée en moi. Beaucoup ne savent pas qui je suis ou ne se souviennent pas de moi, j’étais un des fondateurs du Club des Diableurs en 1982. J’ai été le premier à rencontrer Yves après la pose d’affiches dans les magasins de cycles. C’était en été et Yves revenait d’un stage de bicross à Gruissan, j’étais très curieux de le rencontrer, lui était déjà équipé de la tête aux pieds alors que nous c’était encore à la bonne franquette. De fil en aiguille nous avons sympathisé à en devenir des amis. Certes Yves n’était pas un foudre de guerre sur la piste mais il était toujours d’humeur égale, même si il perdait. Il était toujours heureux lorsque je me qualifiais en finale ou si j’étais devant un ténor de la catégorie.

Jump à la « gravière » (St Denis-les-Bourg), début des années 80, avant qu’elle devienne la piste des Diableurs

Je ne peux pas vous conter nombre d’histoires et d’anecdotes que nous avons vécu, mais la plus belle c’était lorsque nous sommes allés à Mably avec la 404 Peugeot de son grand père, il avait juste le permis et nous n’avions pas trop d’argent. Il fallait économiser l’essence alors on coupait le moteur dans les descentes d’autoroute, le délire complet avec les deux autres potes des Diableurs, Christophe et Alain.
Le temps a passé et nous avons eu d’autres joies de la vie, les filles, les boîtes ,etc… Mais l’amitié était intacte même si nous volions sous d’autres occupations. Si bien que Yves est devenu mon témoin de mariage en 1995.

Une passion familiale / Dessin Christophe Boul

J’ai bien perdu le contact pendant un moment, lui s’était marié avec Karine et avait fondé une famille, ensuite son entreprise. Toujours j’ai pensé à lui et après quelques années passées, nous nous sommes revus , lui toujours en bicross comme à la grande époque mais maintenant avec sa belle famille. Il a bien essayé de me refaire rouler mais j’avais peur de me faire mal, il a du être déçu je le sais… et voilà tu es parti, tu as fais le holeshot vers d’autres cieux sans que je puisse rouler avec toi à Neuville en Octobre. Je ne t’oublierai jamais… »

Je n’ai pas connu Yves personnellement à l’époque des Diableurs, j’avais rejoint ce Club l’année suivant son départ. Je ne le connaissais que de nom à cette époque. Et quand nous avons sympathisé 20 ans plus tard, il y avait toujours cette petite fraternité naturelle, cette fierté d’avoir fait partie des Diableurs lorsque nous nous croisions…

YvesYves nous a quitté sur son VTT… Sa gentillesse et son implication dans le sport vont nous manquer. Toutes nos pensées pour sa famille et ses proches…

Rendez-vous à Neuville-sur-Saône les 15 et 16 octobre prochains pour le « Oldschool BMX Saône Trophy » qui lui tenait tant à cœur, pour continuer à faire vivre sa passion…

2016 – ST MAURICE L’EXIL OS REUNION

Bravo à Stéphane Castro et son équipe pour cette nouvelle édition qui semble avoir tenu toutes ses promesses. De nombreux participants avaient fait le déplacement dans l’Isère ce 18 Juin 2016 pour cette OS connue pour sa super-convivialité.  Merci une fois de plus à Cyrille Alabouvette pour ce petit report et à Yoann Bartel pour la vidéo.

Saint Maurice l’Exil OS BMX BBQ : la recette qui marche !!
C’était pas gagné vue la météo pourrie sur quasi toute la France, mais une fois de plus les Dieux du BMX nous ont épargné, merci Scot Breithaupt, Dave Mirra & co…

Saint Maurice l’Exil est devenu LE rendez-vous incontournable du BMX Oldschool en nous accueillant sur une vraie piste à l’ancienne où il faut pédaler avec des virages qui glissent et une grille manuelle. De plus « St Mo » possède un petit skatepark pour le flat et la rampe, comme çà tout le monde est content !

Saint Maurice c’est la recette qui marche : pas d’engagement, pas de fédération, une plancha centrale et des joyeux BMXers. On peut même avoir une GoPro sur le casque et des autocollants persos sur sa plaque… si si c’est possible…
Jeunes ou vieux, du moment que tu as l’esprit OS tu roules !

Le samedi matin avait mal débuté par une chute d’un pilote qui à dû séjourner à l’hôpital (il va mieux), mais une fois quelques saucisses et bières avalées la piste n’a pas cessé d’être utilisée.

Un King Of Start à été organisé et ordonné par le « Padre Alain Michel » venu de Corse, sous la direction de piste de Christophe Boul qui n’a pas arrêté de donner de super starts à l’ancienne… Certains on goûté au bitume devant la grille, je tairai les noms…

Roulage entre potes, échanges de vélos, trocs de pièces et aussi le stand BMX Avenue (merci Pascal Ujvari) ont agrémenté cette journée.
Quatre side car étaient aussi présents, c’est toujours sympa de voir ces chars romains sur la piste et en plus c’est convivial.

Election également du plus beau bike !! Difficile d’être jury mais c’est le Kaptain Hutch America qui a remporté les voix. Merci aux Corses d’avoir sorti quelques joyaux de l’île… De belles récompenses pour les vainqueurs…
Un grand merci à Stéphane Castro et ses amis d’organiser chaque année ce rendez-vous incontournable du BMX OS, il ne manquait plus que les américains…

Vivement l’année prochaine.

2016 – Sylvain Billon Interview Part 4/4

OSBMXF : Et bien merci Sylvain pour cette interview et toutes ces infos sur la saga MBK qui n’ont certainement pas manqué d’intéresser les jeunes comme les vieux (nous les premiers) et bravo pour ton investissement dans le bicross. On finit par les traditionnels remerciements  et un clin d’œil de ta part avec ta Harley Davidson !

René, Claude et Gerrit – Cavaillon 2013

SB : Non c’est moi qui vous remercie  Seb et toi de gérer aussi bien le site Oldschool BMX France. Sans vous je n’aurais pas fait la démarche pour retrouver les Cordier, Vuillemot, Cassan, Lalli, Kastler, Khoeler, Roman… et tous les autres comme Christine et René Nicolas, ainsi que Gerrit Does. Un clin d’œil, voici une photo de ma femme, Marie, et de moi-même à 40 ans d’écart. On n’a pas beaucoup changé finalement !

Sylvain_Harley_1976 - 2016_LR

OSBMXF : Sylvain, on t’a fait une petite surprise avec quelques personnes « pas très connues » qui ont des choses à te dire !

Ed_2015Edouard CORDIER : Alors quoi te dire de particulier sur mon vieux pote ?????? Pas grand chose ? Non évidemment, Sylvain a été pour moi une pièce maîtresse dans mon parcours BMX ! Et pas seulement sur un plan sportif, mais aussi sur le plan humain. Quand Motobécane s’est lancée dans l’aventure Bicross en 1982, Sylvain m’avait dit : « Si tu gagnes le Trophée, je te prends dans le team qu’on va créer l’année prochaine ! » Résultat 2ème… Et malgré ma 2ème place, il m’a incorporé dans le team Mongoose France. Vraiment cool !

BXM24-Sept1984-EdwardCordier
BXM 24 -Sept 1984

C’est aussi grâce à lui que je me suis lancé dans l’encadrement avec un soutien logistique et financier. Il a été le premier manager à mettre en place une couverture sociale en collaboration avec l’usine MBK. Quand j’ai quitté MBK pour monter ma boite avec la création des vélo « Cordier Factory », je me souviens qu’il avait été déçu de mon départ mais m’avait fortement encouragé.
Des souvenirs ? Oui plein. Entre la tournée que nous avions fait ensemble à la Martinique, le Japon, mais aussi les stages au Rouret dans la Drôme avec Andy Ruffell entre autre et les « Chiens Fous ».
Juste pour l’histoire, Jean-Luc Ferré et moi devions faire partie des Mad Dogs ! Si si, Je t’assure. Demande à José…

EdwardCordier-MadDog
Edouard, le 4ème Mad Dog ?? 1984-2013, près de 30 ans séparent ces 2 photos…

Voila, vraiment l’occasion de lui dire un grand grand merci, parce que si aujourd’hui je vis ma passion en travaillant dans le BMX, Sylvain a forcément contribué à tout cela !
Alors, merci beaucoup Monsieur BILLON pour ce que tu as fais pour moi !

_________________________

BH2012-PhotoVanHanja
Sylvain et José, les retrouvailles – Béton Hurlant 2012 – Photo C. Van Hanja

José DELGADO : Alors Sylvain Billon… Les premiers souvenirs qui me viennent, sa collection de Vans dont il était fier et qu’il avait ramené d’un peu partout, je ne sais pas s’il les a encore…
Sinon ses choix musicaux pour nos shows… Haha… On a eu quelques désaccords la-dessus, faut dire qu’il nous sortait des trucs des fois… Haha… Comme Don Quijote par exemple… Et j’en ai oublié la plupart… Mais on arrivait quand même à le raisonner dans l’ensemble…

Collection Vans Sylvain
La fameuse collection de Vans – 2016

En tous cas sympa et patient je pense…
Il avait quand même une sacrée équipe à gérer, et nous les Mad Dogs, on n’était pas les plus faciles à mon avis…
Bref, de bons moments passés ensemble chez MBK avec « Yon yon » comme on le surnommait entre nous..

_________________________

Christophe VICO : Un souvenir avec Sylvain Billon ?… Pas exactement, plutôt un doux sentiment de quiétude.

By_Isabelle_Beaumont (210)
Chris Vico 2013 – Photo Isabelle Beaumont

En effet chaque fois que je rencontrais Sylvain aux bord d’une piste, que ce soit en France ou à l’étranger c’était un peu comme faire une séance d’acupuncture. Ce type était le Gandhi du BMX, toujours posé, calme, précis et respectueux de la personne humaine. Je ne l’ai jamais vu lever la note, jamais critiquer qui que ce soit. Sylvain était le coach du team MBK, une icône pour tous. Je n’ai rencontré que très peu de personnes qui me fassent cet effet. Ceci dit lorsqu’il entamait une conversation avec Jean-Luc Ferré une autre force tranquille, la conversation pouvait avoir un effet anesthésiant sur le sudiste agité aux origines marseillaises que je suis. (Rire !)

_________________________

Beek en Donk 82 - Claude Vuillemot - Photo Sylvain Billon
Claude Vuillemot, Team Number One – Beek en Donk 1982 – Photo Sylvain Billon

Claude VUILLEMOT : Sylvain, je l’ai connu d’abord du côté obscur, quand j’étais chez « Number One ». J’étais jeune et à l’époque, je le considérais un peu comme « le chef ennemi » !
En 1984, quand j’ai intégré le team Motobécane, j’ai appris à le connaitre et j’ai tout de suite compris qui il était. Un homme passionné, motivé par son job de manager d’un team d’une grande marque. Quelqu’un d’irréprochable, de professionnel. Il apportait au BMX un plus de par l’approche qu’il pouvait avoir du cyclisme au sens large. Il travaillait sur la communication, qui allait devenir de plus en plus importante avec le gros boum du BMX de 1985 à 1988.

Fort de France - Demo Mad Dogs avec Claude Vuillemot et Frd Cassan - 29 Dec 84
Claude Vuillemot et Fred Cassan – Fort de France – Décembre 1985

Soucieux de la réussite de ses pilotes, il m’avait procuré des conseils d’entraînement sous forme de planification inspirée de ce qui se faisait sur la route. Il avait mis en place des stages hivernaux comme à Noël 1985 où nous avions passé 15 jours à la Martinique. Souvenirs mémorables de notre virée avec le team au grand complet L’hiver 1986, nous nous étions retrouvés sous sa direction pour une semaine de ski de fond dans les Vosges en stage oxygénation et préparation foncière. Merci Sylvain pour m’avoir proposé ces activités, qui font désormais partie de mes meilleurs souvenirs.
Ce n’est pas tout, il était réceptif à nos demandes, à nos caprices devrais-je dire avec le recul. Quand le nouveau cadre MX400 était sorti, je lui avais demandé un proto sur mesure : et hop, c’est comme si c’était fait. Il était aux petits oignons pour nous. On voulait des tiges de selles plus longues : pas de souci. J’ai même eu un cadre brut sans peinture, que j’avais monté en camouflage.

Whistler 85 - Superclass - Vuillemot - Photo Sylvain Billon
Worlds Whistler 1985 – Claude Vuillemot (#36) – Photo Sylvain Billon

En août 1985, après le championnat du monde à Whistler, on avait monté un plan pour se rendre en Californie pendant 2 semaines.  On s’était débrouillé pour se faire héberger. On devait retrouver Jean Luc Ferré qui était sur place. Bref, on lui en parle pour savoir si il pouvait faire quelque chose au niveau du billet d’avion. Pas de problème nous avait-il répondu ! Encore une fois il s’était occupé du truc, sauf que là, on l’avait maudit. On pensait à un vol de Vancouver vers LA, puis un retour de LA à Paris. Et bien non, il nous avait réservé des tickets de bus. Et ce n’est pas tout, non seulement, on avait voyagé 33 heures pour nous y rendre, mais il avait fallu faire le même trip pour le retour !!! Sur le coup, on lui en avait voulu mais avec le recul, je me dis que ce périple avait été magique. Sans lui, je n’aurais jamais sillonné toute la côte ouest de telle sorte.
Merci Sylvain pour tout ce que tu as fait pour moi, pour le team MBK et pour le BMX au sens large.

_________________________

Jean-Luc FERRE : JLFÇa me fait plaisir de voir que Sylvain aimerait me voir à une réunion oldschool. J’ai essayé de participer à la première il y a quelques années à Cavaillon, mais mon emploi du temps ne me le permettait pas. Mes gamins rentrent à l’école aux USA à la mi-août, et c’est bien trop tôt pour des vacances prolongées. Je ne rentre en France que tous les 3 ans environs et généralement juste pour 15 jours vers la mi ou fin Juillet.
Un peu de contexte : j’ai rencontré Sylvain pour la 1ère fois au circuit de Vaux-Le-Pénil, qui était un des seuls clubs et circuits Bicross dans la (grande) région parisienne en 1982. J’ avais roulé en vélo et moto trial (vélo Yamaha à suspension) et après avoir lu un article sur le BMX aux USA dans le magazine Moto Verte, je voulais vraiment essayer le BMX…
Donc, je suis allé faire une course nationale à Vaux (avec un BMX Legnano) début-mi 1982, et me suis inscris ensuite au club, que Sylvain dirigeait. J’ai participé aux sélections du team Motobécane (dont il était aussi le team manager) sur la même piste un peu plus tard et ai terminé second dans ma catégorie, donc en pilote remplaçant. Le pilote que je remplaçais s’est ensuite désisté et j’ai terminé pilote en titre en 16 ans et + dans le team.

1982 - Pub MBK - Ferre - Photo Church
Pub MBK 1982

Tout ça pour dire que je dois mes débuts et pratiquement toute ma carrière de pilote sponsorisé à Sylvain et au team Motobécane (puis MBK). On s’est rendu tous ensemble en 1982 sur pas mal de courses nationales et notamment aux Championnats d’Europe en Hollande et Championnats du Monde à Dayton aux USA.

Jean-Luc Ferre 01 - Photo Sylvain Billon
Jean-Luc Ferré – Championnat d’Europe 1982 – Photo Sylvain Billon

J’ ai continué ensuite avec le team et Sylvain jusqu’à fin 1987 en catégorie Superclasse avec entre-temps un titre national en 17 ans et + (1985) et vice-Champion d’Europe 24’’ (1987). Donc pas mal de bons souvenirs et d’opportunités que je n’aurais pas eu sans Sylvain. J’avais aussi dirigé pendant quelques années tous les stages MBK au Rouret en Ardèche encore une fois grâce à Sylvain… On avait passé nos connaissances (à l’époque) à pas mal de pilotes…

JEAN-LUC FERRE bmxchampion
Jean-Luc Ferré BMX Champion – Christophe Boul Artwork

Sylvain avait d’ailleurs été engagé par Motobécane/MBK pour s’occuper du marketing BMX. J’y ai travaillé aussi de mon coté, au service Export en 1986, notamment sur les USA, où je vis maintenant. Donc coup de chapeau à Sylvain pour son engagement envers le BMX et le Team Motobécane dès leurs débuts en France et à toutes les opportunités que cela m’a donné.

Il faut aussi parler des pilotes de talent qu’ il a sponsorisé en course (Fréderic Cassan, Franck Chevreton, Claude Vuillemot, Gianni Lalli et David Kastler pour Mongoose) comme en Freestyle (Les Mad Dogs)… Un beau tableau de chasse pour un manager.
Pas facile de se remettre dans le bain plus de 30 ans après… Sympa en tout cas, surtout en revoyant les photos que Sylvain publie sur Facebook de temps en temps… Bonjour à Sylvain.

OSBMXF : On invite maintenant tous ceux qui ont connu Sylvain, les autres membres du team qu’on n’a pu contacter, mais tout le monde en fait, tous ceux qui ont des souvenirs ou anecdotes à nous raconter à poster dans les commentaires ci-dessous. Soit avec votre pseudo Facebook soit en vous inscrivant sur le site. Merci d’avance, Sylvain en serait ravi je crois. Lui vous fait cadeau de ses archives, plus de 100 photos dans la galerie ci-dessous…

no images were found

2016 – Sylvain Billon Interview Part 3/4

On continue cette découverte de cette passionnante saga MBK au travers de Sylvain Billon.

OSBMXF : Qui était responsable du design des tenues, des cadres, modèles, géométries et autres ? Les pilotes étaient-ils impliqués ? Pour le free José Delgado m’a raconté pour le proto. Avant ils roulaient sur des vélos américains maquillés…

Concernant le design des tenues je m’en suis chargé qu’à partir des dernières tenues bleu/blanc/rouge, ainsi que les fluos rose/vert/noir. Je les avais dessinées et conçu avec la collaboration des équipementiers. Ensuite, il me fallait passer par le directeur marketing qui approuvait ou pas mon choix… Mais en principe il suivait mes idées sur ces points-là. Pour les premières tenues c’était bien souvent des fournisseurs qui venaient présenter des prototypes au directeur des achats qui lui-même venait les proposer au directeur marketing. D’autre part, c’est moi qui avait créé le logo « Racers Concept ». Pour les cadres c’est une autre histoire. Tout se décidait à l’usine de Saint Quentin au service des vélos spéciaux. Ce n’était pas simple d’obtenir ce que nous désirions, il y avait une sorte de rivalité entre le commercial/marketing qui se trouvait à Pantin et les « gens » de Saint Quentin. Pendant la période où nous avions Jean-Michel Basset comme directeur général les choses étaient plus faciles puisque ce que nous demandions, nous l’obtenions. Après son départ ce fut plus compliqué. Pour créer le MX400 et ensuite le MX500 les pilotes et moi-même avions apportés des idées au niveau de la forme et de la géométrie. Pendant une période Jean-François Lalli, Stéphane Collet et Edouard Cordier avaient été embauché à l’usine de Saint Quentin et pouvaient apporter quelques conseils au bureau d’études et tester des prototypes.

Un protoype MBK des Mad Dogs et la fameuse tenue fluo. Photo O. Weidemann - Béton Hurlant 2012 - Musée du Sport de Paris
Un prototype freestyle MBK des Mad Dogs, la fameuse tenue MBK fluo et José Delgado en arrière plan – Expo Béton Hurlant 2012 – Photo O. Weidemann

Par ailleurs, notre bureau d’études possédait grand nombre de BMX de marques étrangères pour étudier les modèles et éventuellement s’en inspirer. Il est vrai que les Mad Dogs ont eu quelques semaines des cadres BMX qui n’avaient pas été fabriqué chez nous, le temps de remédier aux différents problèmes de tenues que nous rencontrions avec les protos réalisés au service des vélos spéciaux. Mais cela n’a pas duré longtemps.

En tant que chef de produit bicross, c’est moi qui proposais l’équipement des MX400 et MX500, sachant qu’il nous fallait rester dans un prix de vente inférieur au BMX de marques américaines fabriqués en Chine ! Autre chose… Est-ce que José t’a raconté le tournage du film publicitaire pour la pub TV des « Whites et des Chromes ». Nous avions passé trois jours en bord de mer en Normandie et en studio en région parisienne. Je ne me souviens plus trop des garçons qui participaient à ce film, mais José devrait s’en souvenir…

OSBMXF : Et ce fameux Crazy Bike ? Une idée à toi ?
SB: Le Crazy Bike était une idée commune de moi-même et de Jean Bidalot, l’ingénieur MBK qui s’occupait des cyclomoteurs et qui avait conçu la 51 de compétition. Jean et moi étions un peu à part chez MBK, jamais à court d’idées. Il a fini par quitter MBK pour monter sa propre marque d’ailleurs.

Le Crazy Bike d’Olivier Varma (Florent Ferrari (filmaker & post prod) / Olivier Varma (concept, art director & bus passenger) / Julien Pipier (rider)

OSBMXF : T’es-tu occupé d’autres teams ou seulement MBK ? Aviez-vous des co-sponsors ? Qu’as-tu fait une fois que cette aventure s’est terminée ?
BXM02 - Oct 82 - Pub Buffalo SylvainSB: En 81, j’avais équipé des jeunes de Vaux le pénil en tenues « Buffalo »qui était une marque de bicross que j’équipais à la demande du client sur une base de cadre Tange que je faisais émailler par un artisan dans des couleurs dégradées et métallisées. Dès l’instant où j’ai pris contact avec Motobécane en septembre 81, je suis resté fidèle à la marque. Nous avons eu les jeans Loïs comme co-sponsor en 82 pour le Trophée Motobécane/Loïs. Ensuite pas d’autre partenaire.
BXM02 - Octobre 1982 - Trophee Motobecane
L’aventure bicross s’est terminée pour moi en 87. Nous pensions déjà au « Mountain Bike ». A cette époque MBK allait subir un deuxième plan social et Yamaha qui avait déjà des parts dans le groupe est devenu actionnaire majoritaire et a proposé un plan de licenciement à tous niveaux et services. Au service marketing nous étions 6 personnes, le directeur, un chef de produit cyclo/scooter, une chef de produit bicyclettes, deux secrétaires et moi chef de produit vélo-tout terrain. BXM14 - Nov 83 - Pub Stage Le RouretIl fallait une personne de moins dans ce service et ce fut moi qui a été désigné par mon directeur marketing pour faire partie de la charrette. Il faut dire qu’après Bercy 84 mon directeur général Jean-Michel Basset « m’avait à la bonne », son fils de 13 ans faisait du BMX et participait à mes stages du Rouret !  Cela a fait des jaloux, et lorsque monsieur Basset a quitté MBK en 86 , remplacé par un nouveau directeur, certains s’en sont donnés à cœur joie pour me descendre , dont mon chef de service. Cela doit être souvent comme çà dans les grands groupes.

Toutefois la nouvelle de mon licenciement n’est pas passée inaperçue dans le réseau de concessionnaires. Le président de l’association des concessionnaires MBK a écrit à la nouvelle direction du groupe pour demander ma réintégration dans l’entreprise. J’ai personnellement reçu beaucoup de messages de soutien de la part des concessionnaires. J’avais contribué au rajeunissement de la marque Motobécane et ils m’en étaient reconnaissants. Ils ne comprenaient pas pourquoi j’étais licencié.

Peu de temps après celui-là même que je soupçonnais avoir provoqué mon licenciement me convoquait afin de me faire une proposition. Mon licenciement ayant été accepté par l’inspection du travail, ils ne pouvaient plus me réintégrer dans l’effectif de la société, aussi m’ont-ils proposé un poste de consultant extérieur. Ils m’ont dit : «  voilà vous nous coûtiez à l’année, en salaire, charges et frais de déplacements la somme de tant, nous vous proposons le même montant augmenté de 10% avec un contrat de deux ans renouvelable et avec pour objectifs de prendre en charge le développement du VTT au sein de réseau MBK et de monter un team VTT capable des mêmes résultats obtenus en BMX ». De plus nous mettons à votre disposition un bureau avec une ligne téléphonique. Ils me laissaient par ailleurs la possibilité de monter des opérations promotionnelles, évènementielles, ou sportives à titre personnel sans que pour autant cela fasse concurrence à MBK. C’est à ce moment-là que j’ai créé la société STARBIKE.
Je suis donc devenu directeur sportif du premier team MBK de VTT et je suis allé chercher les meilleurs cyclocrossmen français de l’époque pour constituer une équipe d’une dizaine de coureurs. GammeMBK1987 Je ne donnerais pas de nom car je pense que très peu de membres de la BMX Old School ont connu ces garçons. Nous avons tout remporté. Championnat de France, Roc d’Azur, les plus grandes courses européennes et championnat du Monde.  J’ai dirigé le team MBK VTT pendant 3 ans. Ensuite la direction marketing du groupe a confié ce poste à un ancien coureur cycliste professionnel qui avait toujours couru sous les couleurs Motobécane/MBK, Alain Bondu. Il ne restera qu’une saison à la tête de l’équipe.

De mon côté, avec ma société Star Bike je me suis lancé dans des actions de promotions publicitaires pour lesquelles je fournissais des BMX, VTT ou patinettes. J’ai ainsi vendu pour Coca-cola 500 patinettes, pour le beurre Président 3000 BMX. Pour MBK j’ai créé et dessiné un modèle de sac à dos que j’ai fait fabriquer à Taïwan. Ce sac à dos MBK m’en a acheté 52000 pour offrir à tout acheteur d’un vélo au Noël 88 ! Ce sac à dos avait été décliné en 2 couleurs, blanc et vert olive avec des petits personnages en BMX et VTT que j’avais moi-même crée. Beaucoup doivent se souvenir de ces sacs. J’en possède encore quelques dizaines dans mon sous-sol.
En 87 j’ai également crée l’association Française de Patinette et Roller-Scoot ! Je croyais très fort à ce produit que MBK avait décidé de ne pas promouvoir après une apparition lBXM51-Decembre1986-PubFunscootors du Bicross de Bercy 86. J’ai organisé des animations à « droite et à gauche » pour des municipalités ou des concessionnaires. Je mettais à disposition des jeunes un parc de 15 patinettes, ayant préalablement réalisé un parcours balisé par des bottes de paille MBK .
« Mais les pionniers ont toujours tort… d’avoir raison trop tôt ». Vingt après on a vu que la patinette était revenue à la mode avec un marché très florissant .
Par ailleurs, j’employais les Mad Dogs et des skaters (dont Pierre André Sénizergue et José De Matos) pour des animations ponctuelles pour des salons et expositions.

A partir de 1987 j’ai commencé à organiser des épreuves de VTT. Les plus connues ayant été les « 24 heures du Rouret » , une épreuve d’endurance par équipe de trois en Ardèche, le « Rallye de la Vallée des Roys », une épreuve touristico/sportive sur deux jours  à Amboise, la « Corsica Bike » un raid extrême en orientation de cinq jours au travers de la Corse. C’était l’incontournable rendez-vous de l’extrême, celui des bikers passionnés, qui faisait vibrer les corps et rêver les esprits. Il y a eu également le « Rallye des 30 Dynasties » un raid avec road-book de 15 jours en Egypte. De 1988 à 1992 j’ai collaboré à l’organisation du Rallye auto/moto des Pharaons. Je m’occupais des relations extérieures, et prenais en charge les invités sur le rallye.

2012 - SoireeBH - Photo VanHanja
Sylvain et son maillot Motobécane à la soirée Béton Hurlant – Avril 2012 – Photo C. Van Hanja

Après la guerre du Golfe j’ai rencontré des difficultés financières par manque de sponsors et en 93 j’ai dû déposer le bilan de ma société. (J’ai continué sous forme d’association à organiser la Corsica Bike jusqu’en 98). Après la cessation de mon activité commerciale, j’aurais certainement  pu trouver un job dans le milieu du cycle mais je n’ai pas vraiment cherché, j’étais quelque peu désabusé, j’avais investi et perdu beaucoup d’argent personnel et mon épouse ne voulait plus entendre parler de vélo ! Il faut dire que pendant plus de 10 ans elle ne me voyait pas beaucoup à la maison et je n’ai pas vu grandir mes enfants. C’est alors qu’un ancien collègue avec qui j’avais travaillé 13 ans auparavant dans une entreprise de constructions métalliques a pris connaissance de mes problèmes et m’a fait savoir que son entreprise recherchait un dessinateur Projeteur-Métreur et que si j’étais intéressé le poste était pour moi. J’ai donc accepté et repris 13 ans après mon premier métier. Je suis resté dans cette entreprise jusqu’à ma retraite en juillet 2014. Après la dernière édition de la Corsica Bike en Août 98 j’ai coupé tout contact avec le milieu du cycle en général. Ce n’est qu’en 2012 que j’ai découvert le site OSBMXF et retrouvé des amis de « l’époque ».

OSBMXF : Le BMX aux JO. Qu’en penses-tu ? Il n’y a que la race pour le moment, mais c’est toujours bien d’avoir du BMX au JO ?
SB: Le BMX aux J.O. j’ai pu suivre les épreuves de Londres 2012. Il est normal qu’il fasse partie des disciplines inscrites aux Jeux. Pour le freestyle pourquoi pas si l’on trouve des juges compétents pour noter les riders, ainsi qu’un règlement qui satisfasse tout le monde.

OSBMXF : Suis-tu encore l’activité du BMX ? Si oui, des riders en particulier ?
SB: Je suis l’activité du BMX par le biais du site OSBMXF uniquement. Mes 3 petits fils sont encore trop jeunes pour pratiquer et je ne sais pas s’ils s’y intéresseront un jour. J’ai encore dans mon garage 4 BMX dont un GT de 83, 2 Buffalo de 82 et un mini MBK qui est un prototype réalisé en 84 par le service des vélos spéciaux MBK à Saint Quentin. Ce BMX était destiné à mon fils qui avait 5 ans à l’époque.

2012-SoireeBH-LeBlouson-PhotoVanHanja
Soirée Béton Hurlant – Avril 2012 – Photo C. Van Hanja

OSBMXF : Que penses-tu de nos petits rassemblements oldschool comme en organisent pas mal de gens actuellement. On a été ravi de déjà t’y voir, avec ton super blouson MBK Team Manager (Il est top, garde le précieusement). Toujours partant ? Que ressens-tu quand tu revois tous ces pilotes dont tu t’occupais ?
SB: Ces rassemblements « oldschool » sont très bien, mais il ne faut pas qu’il y en ait plus d’un par an, et il me semble avoir constaté qu’effectivement il y en a plusieurs d’organisés dans l’année. Personnellement je pense qu’il vaudrait mieux en organiser un tous les deux ans afin d’en faire un évènement tel que celui de Cavaillon ( encore félicitations à Christophe Vico pour cette organisation).

By_Fabrice_Passarelli (69)
Oldschool Cavaillon 2013 – Photo Fabrice Passarelli

Il faut que nous ayons plaisir à nous retrouver pour évoquer le passé et notre présent, mais si c’est pour se revoir tous les quatre matins il n’y a plus d’intérêt. Seb et toi devriez trancher en choisissant le lieu et la date de cette rencontre et ne pas permettre une manifestation qui ne rassemblerait pas un minimum de personnes vraiment issues de la Old School. J’espère que tu as compris ce que je voulais dire.
(NDLR: Oui Sylvain, mais chacun est libre d’organiser ce qu’il veut, on a le monopole de rien du tout et on encourage toutes les initiatives, mais trop de OS tue le OS, ça c’est sûr)
Quant au fait de retrouver mes anciens pilotes, et mêmes les autres, cela me fait un énorme plaisir et naturellement me rappelle les bons moments passés ensemble. Je suis heureux de constater que la plus part d’entre eux ont réussi dans leur vie professionnelle. Je les revois alors qu’ils n’avaient que 14 ou 16 ans.

Ed Cordier / Claude Vuillemot - Cavaillon 2013 - Photo Jean-Paul_Jamet
Ed Cordier / Claude Vuillemot – Cavaillon 2013 – Photo Jean-Paul Jamet

J’ai du mal à admettre que plus de 30 années sont passées par là et que finalement moi aussi j’ai vieilli.

Je suis heureux de voir que mon ami Edouard est resté celui qu’il était à l’époque…toujours aussi apprécié de la communauté BMX. Heureux également de constater que Claude reste sportivement, le meilleur d’entre eux.

Pour une prochaine rencontre il faudrait faire en sorte que Jean-Luc (Ferré) fasse le déplacement. Cela nous ferait autant plaisir, si ce n’est plus, que d’avoir une ancienne gloire US . A méditer !

—— A suivre ici : http://oldschoolbmxfrance.com/2016/04/04/2016-sylvain-billon-interview-part-44/ ——