2013-08 OLDSCHOOL BMX REUNION – CAVAILLON

Depuis le 24 Août 2013, chez les anciens du bicross français, un doux refrain revient régulièrement à mes oreilles: « Bon alors, quand est-ce que vous réorganisez la prochaine réunion oldschool, hein? Quand? »… Parce qu’effectivement, les 23 et 24 Août dernier, il s’est passé un truc totally kowabonzical dans le sud de la France, un truc qui a laissé son empreinte au plus profond de la cervelle des personnes qui ont vécu ces 2 jours de folie, et qui a méchamment donné envie aux absents de bouffer leur magnifique bike oldschool qui trône dans la poussière de leur salon, et p’t’être même leurs vieilles Vans avec… Bref, ce week-end-là, ça se passait à Cavaillon, un événement oldschool sans commune mesure, que même les ricains nous envient aujourd’hui, sous l’impulsion du génial Christophe Vico, que les plus de 40 ans connaissent bien, très bien même! C’était fou, c’était dingue, c’était amaaaazing, c’était unique… Le nombre de sourires au mètre carré durant ces 2 jours d’anthologie témoigne de la réussite du pari… Plus de 200 riders oldschool, race et free confondus, une poignée de légendes américaines, des vieux biclous, des surprises, de la bonne humeur, plein de bonne humeur et 3500 spectateurs ravis… En 2050, dans les livres d’histoire, on se souviendra des 23 et 24 Août 2013, et j’sais pas vous, mais moi, en tout cas, j’pourrai dire « putain, j’y étais! »

HeaderFacebook

Alors reprenons les choses dans l’ordre, si vous le voulez bien… Fin 2012, contre toute attente, un certain Christophe Vico rechausse ses Vans, et ressort son vieux bmx Pro Winner après trop d’années loin des tracks!

Mai 2012 - Expo Béton Hurlant à Paris - Retrouvailles avec le Blix
Avril 2012 – Expo Béton Hurlant à Paris, l’étincelle! – Retrouvailles avec le Blix : (en haut, g. à d.) Christophe Chevalier, Patrice Kharoubi, Jean & Amélia Somsois, Christophe Vico, Serge Froissard, (en bas, g. à d.) David Chabert, Philippe Roman – by Christian Van Hanja

Un p’tit tour à la soirée «Béton Hurlant / Bob Haro» à Paris en Avril 2012 et le revoilà over-motivé pour reprendre le guidon, et plus si affinités… Christophe retrouve rapidement ses sensations sans se douter que quelques mois plus tard sa vie basculerait méchamment dans l’organisation de la réunion odschool du siècle… Pour nos plus jeunes lecteurs, Christophe Vico fait partie des pionniers du bmx en France, ou plutôt du bicross comme on disait à l’époque. Il affolait les manivelles en catégorie «Superclass», les «Elites» des années 80, quoi! Et ses deux principaux adversaires n’étaient autre que Claude Vuillemot et Xavier Redois, des noms qui donnent encore des frissons à de nombreux quadras feuilletant régulièrement les pages jaunies de leurs vieux Bicross Mag…

Géographiquement parlant, Christophe se dit qu’organiser une p’tite sauterie oldschool à Cavaillon parlera aux plus anciens. Le Bicross Club de Cavaillon existe depuis 1982 et faisait partie des plus influents dans les années 80, avec l’organisation de divers championnats de France et d’Europe… Tous les anciens ont en tête les photos de cette mythique piste au pied de la falaise! Décor idéal pour réunir les dinosaures, même s’il est vrai que la piste n’est plus tout à fait au même endroit… Bref, Christophe détourne une vieille pub Mongoose de 1982, y colle la date de son event et fait tourner ce flyer sur le web pour prendre la température. Les réactions sont immédiates et rapidement, les pré-inscriptions Facebook donnent déjà le tournis à son instigateur… Du coup, la suite n’est qu’une succession de rencontres constructives, d’heureux hasards, d’idées folles, de chance, de stress et d’énormément d’huile de coude…

On évoque en déconnant la possibilité d’inviter Mike Miranda, la légende Hutch des 80’s, le pro US tout de rose vêtu qui se faisait surnommer « Hollywood » et qui enflammait Bercy! Allez, on le tente, Mike donne son accord à Mickaël Clerté, on se pince pour y croire, il nous assure qu’il débarquera avec son Hutch rose et s’alignera sur la grille de départ… C’est ouf! Cette annonce inattendue contribue rapidement à alimenter le buzz déjà bien en place et à attirer quelques sponsors… Puis de par son expérience de speaker avec le Team Blix, Christophe a également une vraie sensibilité freestyle. Il nous offre alors la possibilité d’inclure du free au programme! Soyons fou! Comme à l’époque en fait, race et free sur la même affiche! La totale! On refait Bercy ou quoi? La perspective nous donne alors des ailes, et qui ne tente rien n’a rien! L’effet «Béton Hurlant» nous ouvre des portes, Eddie Fiola accepte notre invitation, oui oui, vous avez bien lu, Eddie Fiola, the King of the Skateparks des années 80, le freestyler qui cumule le plus de parutions en couvertures de magazines sur cette planète!ImageFiolaMiranda-OSBMXFblancA ce moment-là, l’affiche officielle prend forme en parodiant une couv’ de Bicross Mag de 1986, avec Christophe Vico en enroulage de bosse stylé… 580614_236754959783006_2062822999_nOn est parfaitement raccord! La page Facebook se peaufine, les détails de l’événement s’affinent… Puis quelques semaines plus tard, Dave Nourie, l’éternel showman de chez Haro, rejoint le casting, tout heureux de retrouver ses racines françaises! Deux légendes du free US qui jouent le jeu et traversent l’Atlantique pour nous, c’est juste complètement dingue!

Du coup tout s’enchaine très vite, le budget ultra-serré ne laisse aucun répit, pas le temps de réfléchir, il faut booker les avions, les hôtels, trouver des nouveaux sponsors, s’organiser, s’arranger, composer, trancher,… bref, c’est la folie… Gérard Garcia nous suit dans l’aventure en nous prêtant ses modules de free « Starlight »… La petite réunion entre potes devient en quelques semaines un gros événement qui buzze sur la toile! Ben Geronimi de Frame nous réalise d’excellents teasers vidéos avec la complicité de quelques-uns de nos prestigieux invités : un teaser de présentation avec Christophe (ci-dessous) puis des teasers plus courts avec Eddie Fiola, Claude Vuillemot, Xavier Redois, Dave Nourie, José Delgado, Valérie Huber et Jean Somsois (bout-à-bout ci-dessous)…

On nous propose plein d’idées, plein de trucs dans tous les sens, Christophe est à fond et les journées deviennent bien trop courtes pour mettre ce barnum sur pieds! By_Christophe_Vico (5)Histoire de renforcer le côté exceptionnel, on imagine également une projection en plein air, au milieu de la piste, du mythique film « Rad », en français s’il vous plait, une première. Puis le légendaire Toby Henderson confirme également sa présence, suivi de près par un certain Bob Haro, en plein trip européen, et venu une nouvelle fois en ami! L’affiche a de la gueule, les contraintes d’organisation deviennent alors gargantuesques, il s’agit de ne pas se rater et que la fête soit belle pour tout le monde! Gros challenge! J’en profite donc pour saluer et remercier vivement les bénévoles du Club de Cavaillon qui se sont démenés pour nous, avec nos demandes souvent éloignées de leurs habitudes d’organisation. Sans eux, cette réunion n’auraient jamais pu exister! Donc gros big up à eux!

Christophe Vico revient avec émotion sur sa folle journée du 22 Août 2013, point de départ ultra concret de ce gros barnum :

« Jeudi 22 Août 2013 9h00 du mat. Nous voila partis en direction de l’Aéroport de Marseille a bord de mon taxi noir que j’ai briqué à mort pour l’occasion. Jean-Michel Roux mon copilote est carrément en transe O.S. et me raconte ses expériences dans le BMX. J’apprends par exemple que le boss de ABP Import et Profile en France a rencontré Eddie Fiola aux USA lors d’un salon de BMX. Le King avait été super sympa en répondant à toutes ses questions.

– Voila pourquoi j’ai décidé de t’aider Chris, me dit-il, j’ai assemblé le Proformer de Eddie afin de le remercier de sa gentillesse ce jour-là !Je suis stupéfié il y a 1500 € de pièces sur ce vélo et Jean-Mi n’a pas hésité une seconde. Les mecs vont avoir un bike de ouf pour la tombola que l’on a organisé ! Cette aventure me dépasse je l’avoue volontiers, c’est tellement incroyable tous ces passionnés qui m’ont aidé spontanément, presque sans réfléchir.

Tout en roulant sur l’Autoroute du Sud je pense alors à eux : Christophe Boul qui a créé tous les logos OS, Quiet Resistant qui a eu l’idée de l’affiche et des maillots officiels, Seb Ronjon et Franck Belliot les chefs d’orchestre de la partie com et de la traduction du film « Rad », Cyrille Alabouvette qui m’a dégoté un carton complet de lots Vans France, François qui m’a refilé son arche gonflable pour le village OS, et William de Wadz qui refait un casque OS pour la tombola ! Qu’aurais je fait sans le talent des freestylers de Gérard Garcia ainsi que de son hospitalité pour accueillir chez lui Dave Nourrie? Armando le sympathique et discret Suisse expatrié aux USA qui a payé le billet d’avion de Mister Fiola, c’est pas la classe ça ? Et Haro USA, ils n’ont pas hésité eux non plus pour financer le voyage de Dave à Cavaillon et nous offrir un cadre proto pour la tombola ! Quand à Mickael Clerté, son idée de faire venir Miranda au tout début du projet a fait exploser l’audimat sur Facebook. Dommage que Mike ait dû annuler il y a quelques jours… Heureusement que Toby Henderson a dit oui à Jean-Michel et que Franck et Seb ont pu convaincre Bob Haro et Dom Phipps de faire un crochet depuis Londres où ils étaient en promo pour le bouquin Haro.

BH mec, tu vas discuter avec B.O.B H.A.R.O himself! Pfiouu c’est moi ou il fait chaud? Je monte la clim… Mais comment en est-on arrivé là? Je commence à réaliser que ce truc est énorme ici dans mon taxi! Et pendant que Jean Michel me briffe sur tous les détails qu’il imagine afin de faciliter les déplacements des Américains sur le week-end, je prends également conscience que je roule en direction de l’aéroport chercher l’un des plus grand nom du BMX, Eddie Fiola ! Qu’est ce qu’il fait chaud tout d’un coup, je monte la clim à fond ! Je me gare au parking du terminal toujours bondé de bagnoles, avec mon taxi j’ai la chance d’avoir des places réservées toute l’année, les petits plus du métier quoi! Mon anglais plutôt “discount” ne va pas faciliter la tache, heureusement que Jean-Mi cause l’english toute l’année. On attend bien 30 minutes avant de voir apparaître la silhouette franche et déterminée de Fiola et celle tranquille d’Armando.

– Hello Eddie i’m Chris Vico, how are you?… good fly? dis-je finalement pas trop stressé

– Yes thank you very good, me répond t-il.

Jean Michel papote et me dira plus tard que les premiers mots d’Eddie furent : « Miranda ne peut pas venir mais ne vous inquiétez pas, je suis là et je vais assurer! » Ce mec est vraiment cool et ce sera ma première et définitive impression sur lui… Voilà, on prend vite un café et puis nous filons faire un peu de tourisme, on a du temps devant nous. Premier arrêt à Bonnieux dans le Lubéron chez Minet, un restaurant avec une terrasse panoramique sur toute la vallée du Lubéron, on voit même le Mont Ventoux au fond, toujours aussi majestueux. Fiola et Armando kiffent bien le coin, malgré le décalage horaire dans les pattes. Je discute avec le serveur, il a 20 ans à peine et coïncidence il a fait du BMX à Cavaillon. Je lui présente Eddie et je lui fais un petit topo du weekend. Surprise le jeune connaît Eddie Fiola? Ben merde alors! Et le Eddie qui n’a même pas l’air surpris qu’ici dans ce coin paumé à des milliers de kilomètres de chez lui un serveur de 20 ans le reconnaisse!… »

Mais passons au clou du spectacle, hein! L’événement en lui-même! The place to be! Qu’est-ce qui s’est-il donc passé durant ces 2 jours hors du temps?

Bon, la mauvaise nouvelle, il en fallait bien une! Mike Miranda nous fait faux bond quelques jours avant le jour J… Raisons personnelles! C’est bien dommage… Ensuite, je fais l’impasse sur la folle semaine de démo de Dave Nourie à La Plagne avec les Starlight, sur la journée touristique d’Eddie Fiola dans l’arrière-pays provençal avec Taxi Vico, sur sa petite démo privée la veille avec Jean Somsois sur la piste de Cavaillon, sur la nuit blanche intégrale de Bob Haro la veille et sur le déjeuner VIP peu gastronomique improvisé avec les ricains et quelques chanceux à l’Ibis de Cavaillon… Les véritables festivités attaquent donc le vendredi 23 Août dès 15h, sur la piste de Cavaillon avec les essais.
Les flèches « bmx » disséminées dans Cavaillon donnent le ton, on se retrouve catapulté 25 ans en arrière, à l’époque de l’AFB, quand on cherchait la piste à 7h du mat’, la boule au ventre avant d’aller faire les essais. A peine arrivé sur les lieux, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, on croise plein de visages connus, la sensation est juste surréaliste, difficile à imaginer… La piste est superbe, pas trop newschool, pas trop oldschool, les bénévoles du club l’ont bichonné, ça se sent, et l’accueil est juste aux p’tit oignons… On checke les inscriptions, retrait des licences « journées », petits cadeaux à la clé avec stickers et tee-shirt collector made by Quiet Resistant et GT! La tendance « extra-bonne humeur » se confirmera tout le week-end! Le soleil du sud est plus qu’au rendez-vous, ça va transpirer sévère sous les casques JT et sous les Hammer! C’est le bonheur!

Les premières grilles claquent, sous les ordres de Manu Fouché, un des pionniers du snowscoot français, toutes les catégories se mélangent, les vieux, les moins vieux, les dames, les sides, les 20 pouces, les cruisers… Tout le monde prend du plaisir à son niveau et c’est bien tout ce qui importe! Même après toutes ces années, se retrouver sur la grille coincé entre Xavier Redois et Claude Vuillemot a toujours un effet incroyable! Difficile de ne pas se replonger dans ses vieux souvenirs dans ces moments-là… Et à Cavaillon, la possibilité de rider ou bien juste papoter avec ses vieilles idoles a tout son sens! Pas de frontière, pas de barrière, pas d’espace VIP, tout le monde croise tout le monde, en toute simplicité… Et jugez plutôt, outre nos deux ex-superclasses cités plus haut et notre Christophe Vico national, on a pu croiser, sur la piste ou au bar, Toby Henderson himself, Edouard Cordier, Valérie Huber, Christophe Lévêque, Fred Cassan, Christophe Boul, Niki Gaudillère, Fabrice Vettoretti, Olivier Imbert, Yannick Thivole, Olivier Clérici, Armand Bonis, Pierre-Henri Sauze, Mickaël Clerté, Stéphane Beaumont, Christian Taillefer, Denis Casamata, Damien Croce,… et surtout, les champions de leur quartier ou de leur village, venus en masse! Replongez-vous dans les palmarès de vos Bicross Mag et vous verrez qu’il y avait du lourd en médaillés de tout bords! Et encore, je ne parle que des racers pour l’instant… Un doux parfum d’AFB plane sur Cavaillon… Mmmmm…

Parce qu’effectivement, aux essais, on peut également taquiner du guidon avec les freestylers présents. Dans les années 80, difficile d’imaginer une race avec José Delgado et Jean Somsois! Eh bien à Cavaillon, ce délire-là est réalité! Même monsieur 23Mag enchaine les tours avec ses 4 pegs et son bermuda… Tranquille! C’est ça aussi l’esprit Cavaillon! Mais bon, force est de reconnaitre que pendant les essais la plupart des freestylers présents migrent du côté de la mini-rampe et se font une bonne grosse jam à l’ancienne, loin des projecteurs et du public (malheureusement), avec un Dave Nourie en mode démo, comme d’hab’! Mais les Jean Somsois, Daniel Mini, Alain Massabova, Olivier Varma, Bones, Pépé, Manu Sanz ne sont pas en reste non plus… Cherry picker, balancing, framedrop, squeaks, pogos, surfers… Toute la panoplie y passe, pendant que Shogun, Papa Garreau et Patrice Kharoubi retournent la mini-rampe à coup d’aérials et autres fufanus… Une sympathique petite mise en jambe avant la démo du lendemain…

Voir tout le monde s’éclater sur quelques tours de piste, à la cool, en tenue d’époque pour la plupart, est juste kiffant! La majeure partie des riders a également joué le jeu de ressortir les bmx d’époque pour rouler, forcément, et vu le niveau global de riding, on n’peut pas dire que ça ait gêné grand monde! Toutes les marques, toutes les époques sont représentées, avec de la rareté, du plus classique mais aussi du prototype « maison », du beau, du léger mais aussi du moche, du lourd et du tout rouillé. Pour les plus collectionneurs d’entre nous, un village oldschool a poussé, en passant sous le porche à droite après la buvette! Ce point de ralliement des anciens est propice aux échanges de souvenirs, arrosés ou non. Nos amis corses sont venus en force avec un nombre incroyable de bikes et de vieux matos, mis en scène sous plusieurs tentes, le « Corsica BMX Museum », un endroit adapté aux apéros-à-la-cool. A noter un chouette Hutch « Miranda » tout rose, réplique de Bercy 84, qui aurait certainement apprécié se faire tripoter par son proprio moustachu de l’époque… Une riche collection de jerseys Hutch et SE Racing trône également sous la tente, non loin du maillot Redline de Scott Clark. A deux pas, l’inénarrable Jean-Louis Bommer expose quelques-uns de ses bijoux Hutch, à l’américaine, pour le plus grand plaisir des aficionados de la marque. Que de la rareté, du Hutch Judge US Made « Candy Blue » 85 complètement dingue, du Hutch Trick Star « Candy Apple Red » Moliterno Tribute 86 modèle unique, du Hutch Mini « Lawsuit » Alu 86 qui ne devrait même pas exister… Bref, que de la super belle ferraille de compet’ qui aurait mérité la coupe du plus beau lot de bikes présent sur l’événement, si toutefois on avait eu le temps d’organiser tout ça! Puis au milieu de sa collection de vêtements, la tente Quiet Resistant héberge également pas mal de vieux modèles de bikes, de divers propriétaires éparpillés sur le site. Du GT, du Haro, du SE, du Dyno, du Elf, du Skyway, du Zeronine, du Revcore, du Robinson, que du bike de légende! Autour de son Haro Freestyler « Reissue », BMX Avenue propose sa collection Haro x Vans 2013 collector, non loin de Wad’z, le magicien de l’aérographe et grand spécialiste de la customisation de casque. Oldschool BMX France est également de la partie avec une expo trashy d’une cinquantaine de posters oldschool incontournables, placardés de manière irréversible façon campagne électorale! A côté de la tente GT, riche en prestigieux jerseys, les neuvillois ont aménagé un espace dédicaces pour que Christophe Boul laisse exprimer son inépuisable talent en live… Nul doute que son poignet a autant souffert que celui des ricains présents sur l’événement, mode « dédicaces intensives »!

Mais revenons aux festivités pures… Il est 21h, les essais sont terminés, l’apéro-time est passé, le camion pizza et le camion burger sont entrain d’exploser leur chiffre d’affaires, c’est le moment de lancer officiellement la réunion oldschool! Les spectateurs sont invités à se rapprocher de la ligne d’arrivée. La nuit est tombée, les lumières s’éteignent, un certain Amadeus chauffe l’ambiance au micro, le même Amadeus qui quelques décennies plus tôt donnait de la voix à Bercy et sur le Supertour! Un truc se prépare, une idée rigolote de Christophe Vico, soutenu par ses camarades du Team Gassou de Rustrel et leurs belles américaines… Ca sent l’entrée en fanfare de nos prestigieux invités, sorte de Bercy revival! En guise de mise en bouche, Amadeus annonce la venue du créateur de l’AFB, Monsieur René Nicolas, et de l’instigateur de l’IBMXF, Monsieur Gerrit Does, venu exprès de Hollande. Tout deux arrivent en motos, plein phare, musique à fond, sous les ovations du public, c’est du délire! Petit mot de chacun sur la belle époque, puis on enchaine avec une belle Mustang noire dont le passager n’est autre que le champion français qui est allé ridiculiser les ricains chez eux dans les années 90, directement, Monsieur Christophe Lévêque. Tout le monde joue le jeu, la foule est à bloc, ça fait plaisir! Suit alors un gros pickup Dodge chargé de quelques-uns des grands champions français de nos belles années, over-excités, les Redois, Vuillemot, Vico, Delgado, Somsois, rapidement rejoints par les Kharoubi, Garcia et Roman. Gros délire sur la ligne d’arrivée! Ambiance Bercy 85! Puis le fin du fin, une belle caisse américaine genre « mexican gangster » et ambiance « lowriding » débarque sous un tonnerre de hurlements et d’applaudissements avec à son bord Messieurs Bob Haro, Eddie Fiola et Dave Nourie! La très grande classe! Tout ce petit monde se retrouve sur le podium, chacun y va de sa petite phrase, de sa petite anecdote… Eddie en profite pour présenter son nouveau bike, le Proformer, qui sera à gagner à la tombola le lendemain, avant que Dave ne s’en empare pour le tester en faisant un nourie-stand sur le guidon. Bob profite de la tribune pour présenter le bouquin très oldschool « Haro – The Rise of BMX Freestyle », rejoint par son auteur, Dom Phipps, également présent pour l’occasion. Sur la tribune, tout le monde est ravi, les flashs crépitent, la photo de famille est belle, impressionnante, improbable il y a encore 6 mois… Christophe prend le micro pour un petit discours qui va bien et invite tout le monde à aller s’asseoir sur la piste, de l’autre côté, pour assister à la projection sauvage de « Rad », le mythique film avec pour héros principal le BMX.
Encore une fois, ce moment est juste improbable! On projette un vieux nanar cultissime dans le monde du BMX, datant de 1986, avec la présence exceptionnelle du responsable des cascades et doublure du comédien principal, Mister Eddie Fiola himself, tout ça avec un public de connaisseurs assis dans la poussière de la piste, bière à la main, sous un ciel du sud parfaitement étoilé. On est pas bien, là? Et pour être encore mieux, on s’est décarcassé pour récupérer une copie du film en grosse qualité, l’objet n’étant jamais sorti en DVD pour des histoires juridiques, et pour le sous-titrer en français, histoire que tout le monde pige parfaitement l’intrigue un poil complexe de cette aventure à base de bicyclettes acrobatiques… L’est pas belle la vie? Même Dave Nourie s’est confortablement installé, pizza sur les genoux, pour ne pas en rater une miette, il ne se souvient pas l’avoir déjà vu… Bob Haro hallucine et prend des photos de ce moment une nouvelle fois hors du temps! Et Eddie Fiola, qui apparait régulièrement à l’écran sous les traits de Cru Jones, savoure ce petit moment de fierté personnelle, et partage des anecdotes croustillantes sur le film avec ceux qui l’ont déjà vu. Au final, rares sont les spectateurs à décrocher du film, ce qui en soit est une performance, vu le niveau scénaristique… Mais l’ambiance de cette projection, l’endroit, les personnalités présentes en ont fait un moment particulier, magique! J’en profite pour remercier vivement Jeremie Moser, le monsieur « Rad » californien, et Franck Belliot pour m’avoir traduit le très long script en français et permis ce laborieux sous-titrage. 23h30, le générique de fin se déroule, les sujets de discussion ne manquent pas, jusqu’à tard dans la nuit… On s’imagine petite souris pour aller se mêler aux diverses conversations, histoire de bien profiter de tout le monde, jusqu’au bout du bout… La journée a passé très vite, trop vite! 1h30 du mat’, après quelques bières, il est l’heure d’aller roupiller, les essais attaquent à 8 heures le lendemain matin!

Samedi 24, au petit matin, de nombreux riders ont dormi à l’Ibis, près de la piste, et le petit déj se transforme en une immense pré-réunion oldschool! Surréaliste, encore une fois! Ambiance coulisses des J.O. à notre table avec Fabrice Vettoretti, l’entraineur de l’Equipe de France… Puis on enchaine avec les essais matinaux, tout le monde est là, ça roule, pas de problème… Le fond de l’air est moins chaud que la veille, parfait pour rouler, et on croise les doigts pour éviter que les orages annoncés ne viennent gâcher la fête.

10h pétantes, on enquille avec les manches qualifs, 200 pilotes à faire passer jusqu’au 1/4 de finales avant la pause déj. Les demis et les finales se feront en nocturne, en même temps que celles du Trophée des Melons. Effectivement, je n’en ai pas encore parlé, mais pour des raisons organisationnelles, cette réunion oldschool est venue se greffer sur un trophée newschool, 19ème du nom! A partir de 17h, 400 pilotes newschool sont attendus pour se disputer ce fameux Trophée des Melons! Gros challenge sur le papier mais le club a l’habitude! No soucy!

Bref, la première course de la journée est certainement la plus prestigieuse. Huit anciens Superclasses, ou en passe de le devenir à l’époque, sont sur la grille pour un tour d’honneur. De gauche à droite sur la grille, Niki Gaudillère, Christophe Vico, Edouard Cordier, Xavier Redois, Claude Vuillemot, Fabrice Vettoretti, Mickaël Clerté et Christophe Boul! Ce sera la seule occasion du week-end de les voir rider tous ensemble, ils seront ensuite éparpillés en catégories 20 pouces et cruiser… Et même si les mecs ne sont là que pour s’amuser, on sent bien que sur la grille les vieux automatismes reviennent et que la niaque de winner reprend naturellement le dessus. Un champion reste un champion, c’est incontestable! Le holeshot est signé Fabrice Vettoretti, suivi de très près par le trio Vuillemot-Redois-Boul, mais après le premier virage, c’est relâchement général, juste pour le plaisir de rouler ensemble, une nouvelle fois… et de laisser Christophe Vico passer la ligne d’arrivée en tête. La classe!

Puis les filles entrent en scène, ou plutôt les dames devrais-je dire! Christophe Vico a relevé l’incroyable défi de motiver 8 ex-raceuses à s’aligner sur la grille, c’est beau! Une race complète de filles, menée par Valérie Huber, multiple championne de France dans les années 80 entre autre… La plupart ne roulent plus depuis des années, mais malgré tout, ces dames d’un âge respectable envoient le pâté et n’ont rien à envier à leurs collègues masculins. Le résultat n’a pas d’importance, elles sont juste là pour s’éclater, à tel point que lors d’une manche elles s’attendent toutes sur la dernière bosse et passent la ligne d’arrivée ensemble, de front, sur une seule et même ligne! Bel esprit!
Puis les side-cars envahissent la piste, une catégorie disparue depuis les années 80 mais ressuscitée ponctuellement sur les réunions OS grâce à des passionnés de soudure. A Cavaillon, nous avons la chance d’avoir 12 équipages engagés! Un record pour une réunion OS! La médaille du mérite revient sans hésitation à l’équipage mixte Bernini/Simon, largement centenaires à eux deux et qui terminera ses manches sous les ovations méritées du public et des autres concurrents. Jean-Pierre Bernini, 66 ans au compteur, sur un side depuis 1980, maintes fois champion de France de cette catégorie, tenait absolument à participer à cette OS historique, malgré des soucis de santé, et bien lui en a pris de s’associer avec Laurence Simon, du Team Moby Shop en 84, équipière de choc pour l’occasion… Un grand moment!

Au tour des 20 pouces, la catégorie la plus copieuse du week-end! La plupart des riders sont là pour rigoler, parader, prendre du plaisir, mais force est de constater que certains ont retrouvé leurs vieux réflexes d’antan et qu’une perspective de passer la ligne d’arrivée en tête leur fait pétiller les yeux. Les manches se déroulent sans bobos, jusqu’à ce que Mike Marchetti, notre pilote Corse, se jette en 360 sur la bosse finale, en pur showman… Belle intention malheureusement gâché par une réception hasardeuse! Bilan: une cheville explosée et une opération en urgence! Stay strong Mike!

Peu de gamelles ont finalement émaillé les courses, malgré un niveau plutôt relevé et des cascades d’un autre temps… N’est-ce pas Monsieur Redois qui se permet des tabletops super flat en pleine course!? Et Niki Gaudillère qui nous refait plusieurs fois la couv’ du dernier Bicross Mag avec son trick signature pendant que ses concurrents peinent à enrouler la double!? Et que dire d’Edouard Cordier, ravi d’être sur son Mongoose d’époque et qui passe la ligne d’arrivée en surfer du haut de ses 58 ans, hein!? Et Damien Croce qui jumpe les grosses doubles avec ses jantes Simplex d’un autre âge!? Et M’sieur Vico qui ne peut s’empêcher de tourner son guidon dès que ses roues décollent, au risque de blesser ses petits camarades!? Un grand festival du n’importe quoi en fait… Je m’attendais à plus de rigueur, moi, un truc plus FFC, avec des arbitres qui sifflent et balancent des cartons rouges à tout va! Du vrai BMX, quoi! J’suis déçu, ouh la la j’suis déçu…

Catégorie Cruiser maintenant! Une quarantaine de pilotes engagés avec pas mal de mecs qui roulent toujours, et qui roulent fort… Je pense notamment à Jean-Renaud Ducos De Lahitte, vice-champion du Monde 2013 en Nouvelle Zélande, mais aussi à Stéphane Beaumont, Philippe Loeullier ou Christophe Boul qui même s’il ne roule plus beaucoup n’a rien perdu de sa puissance. Son guidon cassé net pendant les manches peut en témoigner. Et c’est tout de Zeronine vêtu qu’il survolera les différentes manches de sa catégorie… On retrouvera une poignée de ces anciens au Trophée des Melons! De vrais sportifs, les gars!

Puis c’est l’heure de la pause déjeuner, on en profite pour organiser une session de dédicaces avec nos amis américains: distribution de cartes OSBMXF à faire signer, de stickers, vente de teeshirts, de dessins de Bob Haro, etc… Nous aurions dû recevoir une trentaine de livres oldschool « Haro », mais le transporteur US en a décidé autrement, à quelques heures près… Dom Phipps, son auteur, est quand même là et présente un exemplaire de son œuvre. Bob Haro, Eddie Fiola, Dave Nourie et Toby Henderson sont super disponibles et acceptent toutes les demandes, même les plus farfelues. Durant tout le week-end ils n’auront de cesse de poser tout sourire pour des milliers de photos, de gribouiller leur signature sur des milliers de supports, de répondre à toutes les questions… Bref, une super disponibilité de tous les instants qui a largement contribué à la réussite de la fête! Mais n’oublions pas non plus nos nombreux champions français qui ont également usé un paquet de marqueurs indélébiles… De nombreux vieux magazines s’en souviennent pour la postérité!

Vient alors le moment attendu du tirage au sort de la grosse tombola oldschool! Le gros lot trône majestueusement depuis le matin sur le container de l’accueil, histoire de bien faire baver tout le monde! Eddie Fiola lui-même est monté l’installer là-haut… C’est son bébé, son Proformer jaune « banana », fraîchement soudé aux US, en édition limitée, avec un air de GT Pro Performer assumé! Le vélo est tout neuf, complet, avec un équipement au top! Merci à Jean-Michel Roux d’ABP Import et au Club de Cavaillon pour avoir permis d’équiper ce kit collector et ainsi l’offrir au plus chanceux d’entre nous, un certain Thibaud Ayasse! Il y avait une chance sur mille, bravo à lui… Eddie Fiola lui remettra le bike à l’issue de la démo de free, après avoir bien usé les pneus et transpiré dessus… Le bike aura d’autant plus de valeurs… D’autres chouettes lots oldschool généreusement offerts par nos partenaires sont également distribués aux plus veinards: casque Hutch signé Wad’z, paires de Vans x Haro… Puis un cadre prototype Haro Lineage que Dave Nourie avait amené dans ses bagages et qui a fait le bonheur d’Arnold Velay, totally out of control en apprenant la nouvelle! Joli moment de bonheur! Gros big up à tous nos généreux partenaires…

Place donc maintenant à la démo de free, un des moments forts de ce week-end de dingue! Pendant les races de la matinée, de nombreux freestylers ont rejoué la jam de la veille, au même endroit, histoire d’être prêts pour la démo plus officielle. Entre temps, Gérard Garcia et son team ont installé leurs modules devant l’entrée de la piste, au milieu de la route : deux gros quarters bien costauds et une funbox bien virile! Les freestylers practicent déjà depuis un bon moment lorsque les spectateurs envahissent les abords. Du haut du gros quarter on a l’impression d’être en Californie en 85 et que le BMX Trick Team va débouler pour taper la démo au milieu de la foule en délire… On n’en est pas si loin, finalement, The Duke a pris l’apparence de Franck Belliot, la musique d’époque chatouille les tympans, puis Eddie Fiola arrive en pur showman. Sa routine est réglée comme du papier à musique, il sprinte en direction du quarter nous laissant croire qu’il va sortir à 3 mètres, avant de balancer un gros coup de frein pour simplement carver au coping avant de regarder le public tout sourire et d’enchainer avec son fameux dérapage 360 parfaitement maitrisé. Le public est conquis, c’est le feu! Puis il enchaine avec son fameux moonwalk, suivi d’un festival de rollback 540, boomerang, nose wheelie, tire slide, rockwalk, balancing, quickspin, etc, etc… Eddie Fiola, Mesdames et Messieurs! Là, devant nos yeux! Le freestyler qui a fait rêver toute une génération, vraisemblablement à l’origine de nombreuses vocations, le premier a avoir enflammé Bercy en 84! C’est l’hallu totale!…
Pour info, Eddie s’est fait opérer de la hanche il y a 2 mois et c’est en gros la première fois qu’il teste un peu sérieusement sa prothèse! Petite pression pour le King Of The Skateparks donc…

Edouard Cordier débarque alors sur un Skyway Streetbeat en imitant le moonwalk d’Eddie, mort de rire en le voyant faire, puis enchaine avec un surfer et divers équilibres sur le bike. Edouard est quand même le seul participant à avoir fait la course en cruiser, en 20 pouces et à avoir assuré à la démo de free, le tout avec une banane jusqu’aux oreilles! Et je ne dis pas ça parce qu’il est né en 1955, hein! Je vous laisse faire le calcul… Respect Monsieur Cordier! C’est ça l’esprit OS!

Puis Jean Somsois, de retour sur son Haro Sport, maillot « L’Explorateur » sur le torse, ressuscite l’esprit du Blix. Il s’est entrainé tout l’été pour parfaire ses routines d’il y a 25 ans, et on a juste l’impression qu’il n’a jamais arrêté! Magique! Agilité et précision, « né sur un vélo » qu’il nous disait à l’époque! Je confirme… Différents freestylers s’enchainent alors sur l’aire de flat, chacun veut apporter son petit plus à la jam. Le moment est plutôt intimidant, la plupart n’ont pas ridé depuis longtemps, et se jeter devant cette colonie survoltée de freestylers, au milieu de quelques légendes et sous les yeux de l’inventeur du free himself n’est pas des plus simple. Pression, pression! Pendant la démo, Bob Haro me glisse d’ailleurs vouloir refaire un peu de free, ce genre de démo lui donnant une sacrée envie de partager plus activement ces moments… A suivre!

Mais pour l’instant s’improvise une chorégraphie de balancings autour de Monsieur Fiola. Patrice Apperre, Xavier Fortenbach, Edouard Cordier, Sam Ortuzar, François Desgain, Alexandre Cluzeau et Serge Froissart jouent les équilibristes autour du King, tout sourire. Les flashs crépitent!

Sur la funbox, Dave Nourie observe ce joyeux capharnaüm, ce principe de jam où chacun doit snaker pour taper la démo n’est pas trop son truc. Lui, ce qu’il préfère, ce sont les démos carrées, préparées… Et justement c’est son tour! Il descend de la funbox en vander-roll, hop la, une p’tite roulade avant avec le bike et le voilà sur l’aire de flat. Puis le showman enchaine, il connait sa routine par cœur, infinity roll, cowboy, top gun, nourie-stand, pinky squeaks, rope-a-roni, plus de 30 ans qu’il est sur son Haro, ça va vite, c’est propre, pas un pied par terre! Grosse maitrise des tricks oldschool, toujours exécutés avec le sourire! Dave s’amuse sur son vélo et termine son run par l’incontournable gumby, un de ses « signature tricks », tout recroquevillé sous son cadre et ovationné par le public connaisseur! Dave Nourie, Mesdames et Messieurs, The Legend!
La fête est belle, l’émotion est au rendez-vous, des milliers d’images nous reviennent en tête… Au chapitre « je roule avec un bike OS et j’envoie », Stéphane Meneau, alias Shogun, taquine également l’aire de free, autant à l’aise dans les airs que sur le sol. Son Haro Sport ne perturbe pas du tout son riding habituellement newschool : gros aérials, superman seatgrab, fufanu… Baam! Le belge François Desgain, alias Crepeman, est là aussi, et sous la pression du public, il nous refait sa fameuse crêpe du Supertour depuis la funbox, un drop-in depuis la plateforme direct sur le plat… Paf! Pépé nous assassine avec ses cowboys surréalistes… Pan! Bones envoie le pâté à grands coups de decades, au sol et en jump… Bim! Jean-Philippe Di Grazia cherrypickerise la foule… Yeaah! Serge Froissart nous ressort ses wheeling à l’envers, assis sur le guidon, avec son vélotrial, comme sur les tournées du Blix… Whouuu! Fiola et Nourie se mêlent régulièrement à la jam, comme tous les autres… Le pied total!

Puis José Delgado, notre Mad Dog national, tente quelques tricks au sol sur son proto MBK d’époque, mais quelques soucis de réglages le poussent à rapidement remonter sur son bike newschool et à aller taquiner des rampes. Quelques anciens participent à la jam avec des bikes récents, ce qui fausse un peu le truc aux yeux de certains, mais on est là pour s’amuser et ça fait plaisir de revoir évoluer Patrice Kharoubi, Emile Devendt, ou encore Vincent Garreau. Ce dernier sera d’ailleurs le seul rider oldschool à taper le backflip sur la funbox pendant la jam! Shogun en avait également prévu un avec son Haro Sport des années 80, mais il n’a pas eu le temps de l’envoyer, la faute à des nuages menaçants qui ont prématurément mis fin au show. Il devra se contenter de son backflip rentré pendant les practices, loin des spectateurs… Dommage!

Mais avant l’orage, les freestylers oldschool laissent la place au Team Starlight pour une démo old/newschool de leur cru! Gérard Garcia enchaine les tricks de flat d’une autre époque, gripstand, nose wheelie, miami hopper superman, en alternance avec Dave Nourie qui reprend sa place de « Starlight rider » provisoire pour notre plus grand bonheur. Puis les jeunes pousses du team retournent les modules à grands coup de tricks surnaturels, à des hauteurs de ouf! Gros backflips pour Didier Debouze, gros tailwhip superman et 360 tailwhip pour Anthony Jeanjean, gros front flips pour Gaël Robert… Le choc des générations! Gérard n’est pas en reste avec la hauteur de ses aérials…

Puis ça se croise, ça s’entrecroise… Crossover de folie sur la rampe, Gérard en x-up au-dessus et Gaël en tabletop dessous! C’est chaud, très chaud, très oldschool même! Puis cascade sur la funbox avec Dave en nourie-stand sur la plateforme et l’ensemble de la troupe en survol stratosphérique au-dessus de lui… Bref, pur show des Starlight pour clôturer ce moment de free historique! La pluie commence à tomber violemment, l’orage est là. Tout le monde se planque à l’abri,… sauf Dave Nourie, seul au milieu de l’aire de free, qui continue sa démo sous le déluge, trempé, tout sourire. Ce rider ne s’arrête jamais! Il sera rapidement rejoint par Daniel Mini qui malgré un dos en vrac ne peut s’empêcher de profiter de ce moment d’anthologie avec cette légende du team Haro! Magique!
Retour à la race, place au Trophée des Melons, avec les 400 inscrits newschool! Les courses s’enchainent très vite, on est passé dans une autre dimension, la compèt’ pure et dure! Des pilotes élites ont fait le déplacement, de retour du « Redbull R.Evolution » à Berlin, sorte de Helltrack des temps modernes, pour ceux qui ont vu le film « Rad ». La boucle est bouclée, tout n’est pas si éloigné finalement! C’est donc l’occasion de rencontres improbables entre les anciens champions AFB et les élites, par exemple. Gros respect mutuel! Echanges d’anecdotes entre Sylvain André, Quentin Caleyron et Bob Haro! Magalie Pottier, notre finaliste olympique à Londres, venue par curiosité, passe beaucoup de temps avec les anciens, s’essaye même au free sur un SE Racing Quadangle, en tongs! Bref, encore une fois, toute cette effervescence, tous ces mélanges, anciens, jeunes, pros, débutants, racers, freestylers, passionnés, collectionneurs a plus que largement contribué à la réussite de ce week-end de dingue!

Et en attendant les finales oldschool, c’est le moment de se détendre… La bière coule à flots, les merguez fristouillent, des élus locaux viennent échanger avec les ricains présents, la soirée moule-frite se met en place, un jeune groupe de rock tente de chauffer l’assistance avec des reprises… Seul Dave Nourie, encore lui, réussira à vibrer au son des riffs en improvisant une démo devant le groupe interloqué, au milieu des graviers! Grand moment de solitude, vite oublié après quelques verres de Pineau des Charentes! Et pendant ce temps, près de la mini-rampe, la grande famille du free oldschool s’est une nouvelle fois réunie, pour une ultime jam jusqu’au bout du bout…

Puis au milieu de la nuit arrivent enfin les demis et les finales oldschool! Les anciens sont épuisés, pour la plupart, pas super motivés pour rechausser les Vans après une pause aussi longue, voire arrosée pour certains. L’idée de mélanger les finales old et newchool est à revoir… Joli sur le papier mais un poil ambitieux dans la vraie vie!

Malgré la fraicheur de la nuit et la fatigue, les filles s’élancent pour leur finale, aisément dominée par Valérie Huber, fidèle à son ancienne réputation de winneuse, suivie par Virginie Weinbissinger et Laétitia Girardet. En side, la course se joue également rapidement au bout de la première ligne droite avec la victoire du tandem Pascal et Aurélien Morot, devant l’équipage Benjamin Vallet et Florian Pavard. Au tour des cruisers avec un holeshot quelque peu attendu de notre ancien champion du Monde Cruiser, Monsieur Christophe Boul, qui gardera largement la tête jusque sur la ligne d’arrivée, suivi de David Lafforgue et Claude Dorce.

Davantage de suspens en finale 20 pouces, car après un départ canon de Yannick Thivolle et Philippe Gros, les deux s’accrochent sur le deuxième obstacle et provoquent une chute spectaculaire. Nicolas Mogenot, facilement reconnaissable à son Haro Monocoque jaune profite de l’occasion pour s’envoler vers la victoire avec dans sa roue Fabrice Vettoretti, suivi de Mickaël Clerté.

Bravo à tous pour ces finales bien sportives, avec des riders motivés par la gagne et qui en ont encore sous la Vans! Ce week-end totally kowabonzical se termine donc très tard dans la nuit, après une finale élite d’un niveau intersidéral remporté par le local Sylvain André. Les vainqueurs oldschool repartiront entre autre avec des plaques Crit collectors spécialement créées pour l’occasion…

Et voilà, the end, malheureusement! Fin d’un épisode historique pour le bmx oldschool français! Enormément d’émotions, de très belles rencontres, un truc comme on n’en avait encore jamais vu de ce côté de l’Atlantique! Un énorme merci à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l’événement et à tous ceux qui ont su apporter des idées et des solutions pour que cette réunion exceptionnelle puisse exister! Gros gros big up à Monsieur Christophe Vico! Ce fut amaaaaazing!…

Et on pourra écrire ce qu’on veut, publier les plus belles photos, rien ne remplacera la bonne humeur, les milliers de sourires croisés durant le week-end, les frissons et la joie d’avoir vécu un moment tout simplement unique!

Les absents ont eu tort…

Et pour mettre des images sur tout ce que vous venez de lire, je vous invite à regarder la vidéo montée par Franck Belliot pour l’occasion,  une compilation de tous les rushes glanés auprès de nombreux participants… En attendant une hypothétique vidéo officielle…

Seb Ronjon

______________________________

Cet article est initialement paru dans le webzine ART #4 d’Octobre 2013 :

ARTwebmag04-01web

ARTwebmag04-02web

ARTwebmag04-03webARTwebmag04-04webARTwebmag04-05webARTwebmag04-06web

Pour voir un max de chouettes photos, toutes plus folles les unes que les autres, signées JP Lalle, c’est par là que ça se passe : http://www.jplale.fr/photo/index.php?/category/164

Et pour les plus curieux, la loooongue page de l’événement Facebook est toujours en ligne avec des tonnes de photos, témoignages, commentaires, etc… C’est par là : https://www.facebook.com/events/172115309597656/

BMX Memories from past and present