Tous les articles par Seb Ronjon

2017 Jean-Claude Loubrier vs. Manon Valentino

[Mise à jour 15/02/17 – en bas de page]

JC-BigAirJean-Claude Loubrier, tu te souviens? Mais si, il faisait partie de la petite famille des rampriders français qui déchiraient à la fin des années 80… Un des camarade de jeu du regretté Philippe Pereira, le Team V2000, Longjumeau, tout ça tout ça… Champion de France 1987, vice-Champion d’Europe 1989… Il s’est éloigné du monde du bmx en 1992, avant de se reconnecter 20 ans après à l’occasion de la venue de Bob Haro à l’expo Béton Hurlant à Paris!

JC-BeforeAfter
A gauche, Jean-Claude lors d’un contest au début des années 90 avec Philippe Pereira. Et à droite, lors de l’expo Béton Hurlant en 2012 avec Guillaume Debuzelet.

Entre temps, Jean-Claude est devenu artiste-peintre, et en 2014 il a commencé à peindre des bicyclettes, du fixie, du free, du cyclisme sur piste… Puis courant 2015 il a exposé ses œuvres « cyclistes » au showroom de Alltricks, un magasin de cycles en région parisienne, sponsor à l’époque de Manon Valentino, seule finaliste française aux JO 2016 à Rio.

JC-Tableaux
Quelques tableaux de la série « cycle »

En Novembre 2015, Jean-Claude a eu l’honneur d’exposer une toile au Grand Palais à Paris dans le cadre du prestigieux Salon des Artistes Français, un salon historique où ont exposé en leur temps les Paul Cézanne, Claude Monet, Eugène Delacroix et autre Auguste Renoir… Un honneur de pouvoir présenter son travail dans ce lieu ! Sauf que pour le coup ce n’était pas de la bicyclette… Forcément, Jean-Claude s’est dit que ce serait chouette un jour de réussir à exposer un tableau avec du bmx dans ce salon…

Manon-Profil-2En Décembre 2015, par l’intermédiaire de Alltricks, Jean-Claude contacte Manon Valentino dans le but de peindre une toile sur la thématique « bmx racing », à partir d’une photo, et ainsi compléter sa collection autour de la bicyclette. Feu vert de Manon, le tableau est terminé en Février 2016, et en Mars il envisage de l’exposer au Salon des Artistes 2017. Manon n’est pas encore sélectionnée pour les JO, elle n’a pas vu le tableau mais elle accepte…

SalonDesArtistesFrancais2017En Novembre, la Commission du Grand Palais sélectionne le tableau! C’est la fête! Celui-ci sera donc dévoilé au public le 14 Février 2017 à l’occasion du vernissage de la 227ème édition du Salon des Artistes Français, en présence de Jean-Claude et de Manon… qui n’a jamais vu le tableau ni croisé l’artiste! 🙂

GrandPalais2017L’idée du talentueux Jean-Claude Loubrier était de faire en sorte que Manon Valentino devienne en quelque sorte l’ambassadrice de notre sport favori à travers l’art!! Une bien belle rencontre entre le oldschool et le newschool à suivre le 14 Février 2017 à 20h au Grand Palais… et sur cette page!
Merci de prendre contact avec Jean-Claude pour participer au vernissage (dans la limite des places disponibles). L’évènement sera ouvert au public du 15 au 19 Février 2017.
A noter que les 12 tableaux de la série « cycle » seront de nouveau exposés à l’occasion du départ du Paris/Nice dans la ville de départ, Bois d’Arcy dans les Yvelines.

Mise à jour 15/02/17: Et voilà, la rencontre a eu lieu, oldschool vs. newschool, art vs. sport, Jean-Claude Loubrier vs. Manon Valentino! Ils ne se connaissaient que par emails et médias interposés.
Accueillie par Jean-Claude et quelques fidèles anciens du bmx, Manon semblait intimidée en entrant dans ce prestigieux Grand Palais, ne sachant pas du tout à quoi s’attendre. Et de son côté, Jean-Claude ignorait également tout de la réaction à venir de Manon en découvrant le tableau. Une petite pression réciproque s’installait au fur et à mesure que nous avancions dans les dédales du Salon, au milieu de centaines de tableaux, jusqu’au moment où les yeux ébahis de Manon se sont posés sur l’œuvre de Jean-Claude! Un très joli moment!
La suite en images et vidéo, là juste en-dessous…

01-JC-Manon
L’œuvre de Jean-Claude au Grand Palais
03-JC-Manon
L’instant où Manon découvre le tableau, sous le regard de Jean-Claude…
04-JC-Manon
Emotion…
05-JC-Manon
Joie et bonheur
06-JC-Manon
Festival de shootings
07-JC-Manon
Manon et ses copines
08-JC-Manon
Spéciales dédicaces
09-JC-Manon
Armin Batouméni, Manon Valentino, Jean-Claude Loubrier, Seb Ronjon, Thomas Caillard
10-JC-Manon
Le bmx au Grand Palais
11-JC-Manon
Les anciens, Jean-Claude Loubrier, Seb Ronjon, Armin Batouméni, Philippe Germon, Thomas Caillard… et Manon Valentino

1987 Chpt d’Europe Le Nouvion – FR3 Picardie

LeNouvion87-AfficheUne heure de direct sur FR3 Picardie à l’occasion des Championnats d’Europe de Bicross les 29, 30 & 31 Mai 1987 au Nouvion-en-Thiérache dans l’Aisne. Un sujet présenté par Thierry Adam avec pour invités Jean Lengrand (Champion du Monde 86), Didier Pouvreau (speaker), Xavier Redois (Champion de France 86 & 87) et Claude Vuillemot (en tête du Chpt d’Europe). Les 5 manches superclass se déroulent en live, entre des images de courses experts, un sujet sur Jean Lengrand, le champion local, un clip avec les Mad Dogs, une interview de Guy Breillat, l’organisateur, et une visite de l’usine MBK à Saint Quentin.

A noter donc, un petit sujet sur les Mad Dogs, avec un Jean Lengrand freestyler ayant rejoint le mythique team MBK pour l’occasion :

Ces Championnats d’Europe ont également fait l’objet de plusieurs autres sujets diffusés sur FR3 Picardie, ce qui montre bien l’importance de cet événement dans la région :



Merci à Guy Breillat, Président-Fondateur du Nouvion Bicross Club et organisateur de ces Championnats d’Europe à l’époque, pour l’upload de ces vidéos collector.

2003 – SOS BMX

« SOS » pour « Super Old School », voilà comment Fred « Mad Fred » Danion attaque sa vidéo souvenir ! Il a voulu garder une belle trace de l’époque où il ridait fort, de ses potes, des sessions, des contests, des démos, bref de tout ce qui nous a tous fait vibrer à l’époque où on passait notre temps sur notre 20 pouces… Deux heures d’images inédites pour la plupart, essentiellement des années 90, avec un Team SOS composé de Bruno « Pépé » Peyrichoux, Jack Depuntis, Jean « Kptain » Somsois, Patrice Kharoubi et Mad Fred !

Sommaire :
. 0:02:29 : Bruno « Pépé » Peyrichoux
. 0:20:52 : Jack Depuntis
. 0:44:06 : Jean « Kptain » Somsois
. 1:04:24 : Patrice Kharoubi
. 1:17:50 : Les Girls
. 1:19:56 : Gamelles
. 1:22:54 : Mad Fred

2016 – Soirée Bicross Time & King Of Paris

Les 7 et 8 Octobre derniers se déroulaient dans la capitale pas moins de trois événements BMX :
. la soirée « Bicross Time » et la présentation de son vélo unique,
. le contest européen de flat « King of Paris« ,
. la battle « Flat the Power » entre Jumelin et Dandois.

Et quel rapport avec le oldschool me direz-vous ?
Leur point commun, être organisés par Alain Massabova, « dynamic oldschool represent« , et donc saupoudrés de petits ingrédients oldschool par ci par là tout au long du week-end…

>> Soirée Bicross Time – Hôtel Renaissance République

bicross-timeC’était l’événement le plus oldschool du week-end avec la présentation en live d’un bicross unique dessiné par Alain et Hom Nguyen, top flatlander de la fin des années 80 et artiste peintre. Ce vélo a été conçu comme une œuvre d’art, un mélange de oldschool et de modernité, fabriqué à la main par Pir Malo. Son look rétro reprend des détails mythiques des cadres Redline, Hutch, Kuwahara et Haro de la grande époque, le tout agrémenté de roues Skyway graphite, de poignées Mushroom, de freins Dia Compe… Pas la peine de chercher chez le dealer du coin, ce 24 pouces n’existe qu’en un seul exemplaire !

Alain Massabova et son 24 pouces « collector »
Une inspiration très 80’s !

no images were found

byron_friday_bmxaction
Byron Friday en couv de BMX Action – Janvier 1980

Une double expo photos agrémentait également les murs du très chic hôtel parisien. D’un côté des clichés newschool signés Christian Van Hanja, et de l’autre des photos exclusives d’un autre temps fournies par Monsieur Byron Friday, un des premiers pro US en 1974. Des images de la naissance du bmx, riches en symboles et en émotions… On croisait également quelques bmx, anciens et récents, au détour des couloirs, entre 2 verres de mojitos.

no images were found

Quelques « anciens » avaient fait le déplacement : Alexis Desolneux, Cédric Lagarrigue (Crazy Ducks), José Dias (Spin Rats), Martti Kuoppa, Viki Gomez, Manu Massabova, Fabrice Dupouey pour n’en citer que quelques-uns… Alex Jumelin et Raphael Chiquet ont également réchauffé l’ambiance à coups de tricks de flat dans la cour intérieur de l’hôtel, brièvement rejoints par Alain pour un petit spinning de clôture!

no images were found

L’expo photos et les vélos sont en place jusqu’au 30 Octobre, au 40 rue René Boulanger, Paris 10e.

>> King Of Paris – Skatepark de Bercy / Flat The Power – Oz Club

affichesLe lendemain se déroulait la manche finale de l’European Flatland League, un contest de flat au milieu d’un skatepark ! Le gratin européen était là, avec une nouvelle victoire du très spectaculaire Matthias Dandois, sous les yeux d’un jury de riders pros faisant désormais partie de l’histoire du bmx, Alexis Desolneux, Martti Kuoppa et Viki Gomez. Quelques petits clins d’œil oldschool ont émaillé l’après-midi, renforcés par la présence de quelques grands noms qui ont compté à des moments charnières de l’évolution de notre sport , Armen Djerrahian (Bicross Mag) et Lionel Cardoso (Soul Mag) pour ne citer qu’eux…

no images were found

14570797_1361529657198539_2011321489242705347_oPuis le soir, tout ce petit monde s’est retrouvé en boite près de Bastille pour une battle endiablée entre Alex Jumelin, l’ancien, vainqueur de l’European Flatland League, et Matthias Dandois, multiple Champion du Monde et des planètes alentours…

Merci Alain pour l’énergie déployée, et à la prochaine pour un autre event avec encore plus de oldschool à l’intérieur ! 😉

Crédits photos : Christian Van Hanja, Alain Massabova, Alex Jumelin, Armen Djerrahian, Emma Fortenbach, Djou, Seb Ronjon…

Stickers OTB – CONCOURS

CONCOURS TERMINÉ
RÉSULTATS A LA FIN DE L’ARTICLE

Tu baves sur les dessins de OTB depuis tes 12 ans ? Des années que tu rêves de posséder un de ses stickers fluos des années 80 ? Et t’as encore de la place sur ton cartable entre ton sticker Vision et ton autographe de Xavier Redois ? Alors t’es au bon endroit !

Yann Renauld nous a gentiment confié les derniers rares exemplaires ultra-collectors de sa collection personnelle et on vous propose de les gagner… Baaah ouais ! Et comme il n’y en aura malheureusement pas pour tout le monde, on va faire un petit concours. Comme ça pas de jaloux ! Une question fastoche, un tirage au sort, les gagnants nous envoient une enveloppe timbrée (parce qu’on n’a pas une tune chez OSBMXF) et on vous file un sticker en retour !

Alors, pour gagner un des 25 stickers « Radster At Work! » il suffit de répondre à la question suivante :

>>> Qui était le maître à dessiner de OTB
à l’époque de Bicross Mag ? <<<

Envoie-nous ta réponse par mail, avec tes nom et prénom, avant le 30 Septembre minuit à satoorne@oldschoolbmxfrance.com. Tirage au sort en live sur Facebook depuis Neuville-sur-Saône à l’occasion du « Oldschool BMX Saône Trophy by Yves » dimanche 16 Octobre 2016.

Si jamais tu connais pas la réponse, un numéro de Bicross Mag, récemment mis en ligne sur le site, est un « Spécial OTB » avec une longue interview de l’artiste! Tu peux pas le rater… Enfin moi, j’dis ça j’dis rien, hein!?
_______________________________
MAJ 18/10/16Youpi, les résultats du concours de stickers OTB sont tombés, les 24 gagnants ont été contactés par email, un sticker fluo « Radster at Work » chacun ! Et les 11 fortiches qui ont donné la bonne réponse du premier coup gagnent en plus un sticker « OTB Signature » ultra-méga collector ! Merci aux 24 participants (!) et merci à Yann !
Donc si tu vois ton nom dans la liste ci-dessous et que t’as pas reçu le mail, fais-nous un p’tit signe !

1985 – Rippin’ – BMX Action Trick Team

rippin-bmxactiontrickteam03-1985Dans le BMX Action de Septembre 1985, peut-être que certains d’entre vous avaient eu la bonne idée de commander RIPPIN’, la VHS exclusive consacrée au BMX Action Trick Team, le must du freestyle du début des années 80!? Peu de chance à mon avis vu les balbutiements des magnétoscopes à l’époque et les galères de transcodages via les US…
Heureusement Scott Sliwinski nous a déterré et uploadé une copie parfaite, l’occasion d’apprécier le talent de Messieurs RL Osborn et Ron Wilton, les coulisses du Team, les sessions chez Wizard Publications, les démos, les shootings photos avec Windy Osborn, et le chilling à la plage avec Aparijo et Fiola…

2016 – Docu Christophe Lévêque, The Flying Frenchman

Juillet 1987, Finale du Championnat de France Junior à Pau, un jeune rider atomise la catégorie 13 ans, un certain Christophe Lévêque, le numéro 854! Un kid de région parisienne qui passait systématiquement la première simple en tête, jusqu’à la ligne d’arrivée… Je m’en souviens comme si c’était hier…

Trente ans plus tard Christophe est une légende mondiale du bmx, avec 11 titres de Champion de France et d’Europe, 5 titres Pro NBL et ABA, 9 titres de Champion du Monde et il fait partie du mythique BMX Hall Of Fame depuis 2015! Il était donc plus que légitime qu’à un moment ou à un autre son histoire fasse l’objet d’un DOCUMENTAIRE, un vrai, un riche et passionnant documentaire vidéo… Mathias Garcia a donc eu le courage et la force de s’y coller, avec passion! Face à l’ampleur du défi, il avait lancé une campagne de financement participatif il y a quelques mois, mais la sauce n’avait malheureusement pas pris… Mais c’était sans compter sur sa grosse motivation! Et le résultat est là, 1h20 d’images inédites, de témoignages passionnants et d’anecdotes croustillantes…

bpl9111Mathias connait très bien Christophe, et lui consacrer un docu lui semblait une évidence! Christophe a enchainé les victoires à une époque où le bmx était finalement peu médiatisé, à la fin des années 90. Le web balbutiait, de rares magazines de bmx survivaient… On sait tous qu’il a eu le courage d’aller s’installer aux Etats-Unis, histoire de montrer aux ricains qui était le plus fort. On a tous à l’esprit son incroyable technique qui a bousculé le monde de la race, mais dans le détail, on ne sait finalement pas grand chose de sa magnifique carrière… Christophe est quelqu’un de relativement discret… Et comme le dit Anne-Caroline Chausson dans le docu, « beaucoup de gens ne sont pas au courant de qui est Christophe Lévêque! » (*)
Savez-vous par exemple que Connor Fields, Champion Olympique 2016, roule pour Chase Bicycles, une des marques créées par Christophe? Et que les deux médailles de bronze à Rio, homme et femme, font également partie de son Team? Sans oublier le Champion du Monde et des USA 2016, un certain Joris Daudet…

christ11Bref… Le docu est divisé en quatre grandes parties, les étapes charnières de sa carrière dans le bmx. Christophe est le narrateur de sa propre histoire, face caméra, entrecoupé de témoignages de grands noms du bmx qui ont croisé sa route : Denis Casamatta, Anne-Caroline Chausson, Gerrit Does, Mike King, Cédric Gracia, John Purse, Max Commencal, Craig Reynolds, Fred King… Le tout est abondamment illustré de vidéos et photos d’archives inédites pour la plupart, les anecdotes s’enchainent, c’est une véritable immersion dans la carrière du plus grand champion de bmx français! Passionnant!

Alors installez-vous confortablement, basculez en mode « HD » et « plein écran » (les p’tits boutons en bas à droite) et place aux images…

Petite rencontre avec Mathias Garcia, réalisateur du documentaire
garcia levequeSalut les viocs! En fait, je dois être un peu comme vous! Je suis né en ’72, au siècle d’avant, du coté de Paris. J’ai donc grandi dans le quartier de La Bastille et mon meilleur ami, Jeremy, m’a emmené le 24 Novembre 1985 du coté du POPB! Ce jour-là se déroulait le second Bicross International de Bercy!!! Forcément, le déclic! Je possédais déjà un Peugeot CPX 210 qui rendit l’âme dans les marches du Trocadéro! J’ai ensuite eu un Raleigh After Burner stické Skyway TA! Je roulais sur les quais de Seine, du coté de Notre-Dame. Ensuite j’ai eu un GT Pro Performer, un Haro Master pour me tourner ensuite vers la race. J’étais au club de Verrière-le-Buisson à la grande époque des Minozzi, Grevet et autres… Deux années de junior, avec un bon niveau en bois comme dirait Batman (souvenez vous…). Après j’ai été au club de Fresnes puis un retour quelques années plus tard à Colombes. J’ai jamais été d’un niveau digne de ce nom, mais vraiment du bon temps passé entre amis. Je suis passé ensuite sur le trail et park, et puis avec Jwell en 1999 j’ai fait quelques numéros de BMX-UP en tant que Rédacteur en Chef, avec Mikael Legrain. De très bons souvenirs et une époque que j’ai vraiment adoré! Pendant l’époque très basse du BMX, je me suis aussi occupé de la boutique Jelly Pot à Paris qui était le dernier lieu ou l’on pouvait trouver des pièces pour son 20 pouces…Ma sœur était à cette époque mariée avec Fred Legall. Je suis donc toujours resté au courant de ce qui se passait dans le milieu de la race. Je roule encore en park avec mon Fit de temps en temps mais mon dos apprécie de moins en moins… malheureusement!

tra01J’ai vu Christophe « grandir » dans le milieu! Il avait à l’époque une image de quelqu’un d’assez sauvage… J’ai eu la chance, pendant un voyage en Californie, de le rencontrer sur une course à Santa Clara. Il m’avait alors invité à passer chez lui, à Costa Mesa quelques jours plus tard. Je lui dois les meilleurs souvenirs de BMX de ma vie. En effet, nous étions allé chez S&M, à Sheep Hills, nous avions ridé avec les frères Foster, etc… LE RÊVE!! Depuis, nous sommes toujours restés en contact. Christophe est quelqu’un que j’apprécie réellement, c’est quelqu’un de très humain, même trop parfois… Lors de son passage sur l’Ile de la Réunion, où j’habite depuis 5 ans, je lui ai proposé d’enregistrer cette interview et il a accepté. J’ai été très surpris qu’il veuille car, le connaissant, je ne m’attendais pas à ce qu’il se livre. Le plus incroyable c’est que cette interview a été réalisée il y a deux ans et que l’on peut voir que Christophe a été très visionnaire. Merci à lui pour cette belle carrière et pour être ce qu’il est!!

En 2014, Mathias avait déjà réalisé un sujet sur Christophe et ses différentes marques, sorte de petite mise en bouche avant le documentaire complet :

(*) Petite anecdote amusante de la part de Christophe Vico, Champion français des années 80 et organisateur de la célèbre Oldschool de Cavaillon 2013, pour rebondir sur la petite phrase d’Anne-Caroline Chausson citée plus haut:
« En 1996 ou 97 je me retrouve embarqué sur une course de bmx à Cavaillon, une seule me suffira ! (NDLR: Christophe était déconnecté du monde du bmx depuis pas mal d’années…) Je n’avais pas pris mon 20 pouces depuis 10 ans, ce fut une véritable torture tant pour le physique que pour l’ambiance pourrie autour de la piste. Pourtant une chose m’a marqué ce jour là, j’apprends qu’un certain Christophe Lévêque a cassé la baraque aux USA, il a fait ce que tout bon pilote français rêvait de faire, rouler au pays mythique du bmx et en plus gagner des trophées. Légende ou pas, on me dit que le mec accélère sur le plat en bmx en atteignant 60km/h. J’étais scotché! Enfin la France obtenait sa place d’honneur dans le rang mondial de ce sport même si des Minozzi ou autre Chevreton avaient également porté tout haut les couleurs tricolores. Le plus surprenant c’est que je ne le connais pas, je n’ai échangé en tout que quelques mots avec lui lorsque Seb Ronjon est venu me dire à la Oldschool de Cavaillon 2013 que Christophe était présent parmi nous. Imaginez : je suis perché dans le gros pickup aux cotés de Xavier Redois, Claude Vuillemot et la bande des freestylers fous, on va démarrer le défilé. Devant nous René Nicolas et Gerrit Does sur leurs bécanes, derrière nous les ricains dans la caisse mexicaine. Je prends le micro hf et annonce en vitesse « Christophe Lévêque viens vite nous rejoindre! »… Quelques seconde passent et là, je l’aperçois en chair et en os pour la première fois de ma vie, il arrive au pas de charge, l’air très surpris… Je me revois lui dire « salut Chris monte viiiite dans la Mustang! »… Il l’a fait et la suite vous la connaissez. Je ne l’ai plus vu de la soirée, mais j’ai eu l’impression du devoir accompli, j’étais heureux de cet imprévu absolument fabuleux.

Arrivée de Christophe Lévêque dans la Mustang / Cavaillon 2013 / Photo Fabrice Passarelli

Ce mec est l’exemple même de la réussite en bmx, il a fait rêver des milliers de mômes et continue encore aujourd’hui avec sa marque Chase qui est championne Olympique. Et puis il est d’une telle discrétion que c’est tout à son honneur… J’aimerai bien un jour me retrouver autour d’une table et d’une bonne bière avec lui pour tchatcher de tout cela. Et ouais, même à 48 piges on reste des mômes rêveurs. »

1968-2016 – Yves Sarazin

Le 2 Septembre dernier nous apprenions avec tristesse la disparition brutale de Yves Sarazin…

Cavaillon 2013 / Photo JP Lalle
Oldschool Cavaillon 2013 / Photo JP Lale

Yves faisait partie des pionniers de notre sport au début des années 80, via le Club des Diableurs à St-Denis-les-Bourg en Rhône-Alpes. Il n’avait rien lâché depuis toutes ces années et avait converti toute sa famille à la passion du bmx. Il était à l’origine du « Oldschool BMX Saône Trophy » sur la piste historique de Neuville-sur-Saône…

Son ami Christophe Boul a eu la douloureuse tâche de nous annoncer sa disparition dans notre groupe des anciens :

« Je dois vous annoncer la difficile et triste nouvelle… Yves Sarazin nous a quitté brutalement hier soir. Je pense très fort à ses proches, sa femme Karine et ses 3 enfants Vincent, Justine et Camille, et toute sa grande famille solidaire et unie dans cette douloureuse épreuve.
Je suis bouleversé par cette terrible nouvelle qui m’a mis KO… Yves était un ami de longue date, une personne adorable, un homme engagé, volontaire, solidaire, sportif, des qualités humaines et professionnelles extraordinaires. J’ai eu la grande chance et l’honneur de l’avoir eu en ami et copain de course… Nous allions nous retrouver pour faire la fête à la Oldschool de Neuville, ce sera une autre fête, mais nous serons tous présents pour te rendre un dernier hommage mon cher Yves, tu vas nous manquer énormément !!!!
Venez tous nombreux à Neuville les 15-16 Octobre pour lui rendre un vibrant hommage. »

Oldschool Cavaillon 2013

Je me permets également un petit copié-collé d’un témoignage touchant de Hervé « Zouzou » Gilbert, commentaire peut-être passé inaperçu sur la page créé en hommage à Yves sur Fabmx1.com. Hervé fait partie des fondateurs du Club des Diableurs :

#434 / Dardilly 86 / Dernière année « Junior »

« Je me décide à écrire un petit mot à mon ami Yves, il m’a fallu plusieurs jours pour croire à sa disparition, quelle tristesse s’est emparée en moi. Beaucoup ne savent pas qui je suis ou ne se souviennent pas de moi, j’étais un des fondateurs du Club des Diableurs en 1982. J’ai été le premier à rencontrer Yves après la pose d’affiches dans les magasins de cycles. C’était en été et Yves revenait d’un stage de bicross à Gruissan, j’étais très curieux de le rencontrer, lui était déjà équipé de la tête aux pieds alors que nous c’était encore à la bonne franquette. De fil en aiguille nous avons sympathisé à en devenir des amis. Certes Yves n’était pas un foudre de guerre sur la piste mais il était toujours d’humeur égale, même si il perdait. Il était toujours heureux lorsque je me qualifiais en finale ou si j’étais devant un ténor de la catégorie.

Jump à la « gravière » (St Denis-les-Bourg), début des années 80, avant qu’elle devienne la piste des Diableurs

Je ne peux pas vous conter nombre d’histoires et d’anecdotes que nous avons vécu, mais la plus belle c’était lorsque nous sommes allés à Mably avec la 404 Peugeot de son grand père, il avait juste le permis et nous n’avions pas trop d’argent. Il fallait économiser l’essence alors on coupait le moteur dans les descentes d’autoroute, le délire complet avec les deux autres potes des Diableurs, Christophe et Alain.
Le temps a passé et nous avons eu d’autres joies de la vie, les filles, les boîtes ,etc… Mais l’amitié était intacte même si nous volions sous d’autres occupations. Si bien que Yves est devenu mon témoin de mariage en 1995.

Une passion familiale / Dessin Christophe Boul

J’ai bien perdu le contact pendant un moment, lui s’était marié avec Karine et avait fondé une famille, ensuite son entreprise. Toujours j’ai pensé à lui et après quelques années passées, nous nous sommes revus , lui toujours en bicross comme à la grande époque mais maintenant avec sa belle famille. Il a bien essayé de me refaire rouler mais j’avais peur de me faire mal, il a du être déçu je le sais… et voilà tu es parti, tu as fais le holeshot vers d’autres cieux sans que je puisse rouler avec toi à Neuville en Octobre. Je ne t’oublierai jamais… »

Je n’ai pas connu Yves personnellement à l’époque des Diableurs, j’avais rejoint ce Club l’année suivant son départ. Je ne le connaissais que de nom à cette époque. Et quand nous avons sympathisé 20 ans plus tard, il y avait toujours cette petite fraternité naturelle, cette fierté d’avoir fait partie des Diableurs lorsque nous nous croisions…

YvesYves nous a quitté sur son VTT… Sa gentillesse et son implication dans le sport vont nous manquer. Toutes nos pensées pour sa famille et ses proches…

Rendez-vous à Neuville-sur-Saône les 15 et 16 octobre prochains pour le « Oldschool BMX Saône Trophy » qui lui tenait tant à cœur, pour continuer à faire vivre sa passion…

2010 Pro Town: Greenville

En 2010, Mark Losey réalisait un très chouette documentaire sur l’incroyable scène BMX de Greenville en Caroline du Nord. Cette ville de l’est américain a longtemps été le berceau d’un bon nombre de riders pros : Dave Mirra (RIP), Colin Winklemann (RIP), Ryan Nyquist, Ryan Guettler, Colin Mackay, Rob Darden, Josh Harrington, Allan Cooke et bien d’autres…
Le docu remonte le temps en s’attardant sur l’arrivée de Dave Mirra dans la ville en 1995, pour se rapprocher de son frère Tim, puis fait un focus sur la disparition tragique de Colin Winklemann en 2005… Un documentaire qui prend une toute autre dimension quand on connait la triste suite des événements en 2016… A voir absolument !

Dave Mirra / 1974-2016

Jeudi 4 Février 2016, Dave Mirra nous a quitté brutalement… Le monde du bmx a bien du mal à réaliser, le choc est violent, tristesse et incompréhension se bousculent et les témoignages émouvants se multiplient sur la toile.
En voici quelques-uns, de notre famille oldschool, pour ne pas oublier, illustrés de quelques documents, photos et vidéos des rares passages du « Miracle Boy » en France…

_________________________

Pépé | California Style represent

« JOURNEE DE MER……
Notre grande famille du BMX est en deuil.
Après la disparition il y a quelques mois du « Godfather of BMX » Scot Breithaupt, aujourd’hui c’est une légende de notre sport qui nous a quitté.
J’ai découvert ce kid Dave Mirra alors qu’il n’avait que 14 ans dans une cassette VHS AFA (American Freestyle Association) qu’on commandait par fax via la presse US dans les années 80. Et puis le kid de Caroline du Nord est devenu grand, très grand.

Dave / Amélia Somsois / Mat Hoffman
Dave, Amélia Somsois, Mat Hoffman / Worlds Limoges 1993

En 1993, on m’annonce que Mirra sera présent avec Mat Hoffman et Chase Gouin aux Worlds en France, à Limoges, quelle surprise, ma ville ! Mirra n’avait que 19 ans, il allait très haut sur son Big Daddy. Au practice, au retour d’un air à plus de 14 pieds, il raccroche le coping et casse sa Peregrine. C’est le père Peyrichoux (mon grand-père) qui lui réparera sa roue en un temps record.

Kiki Bioules / Dave / Gérard Garcia
Kiki Bioules, Dave, Gérard Garcia / Worlds Limoges 1993

J’ai eu l’immense privilège ce jour-là d’être le speaker de la finale par équipe qui opposait le Team Hoffman Bikes au Team Starlight (mon pote Gérard Garcia, Kiki Bioules et Ollie Matthews). Je vois encore les images de cette finale quand j’entends la musique de Fugazi.

Puis il y a eu les années Haro pour Dave, il a tout gagné, multiples médailles d’or aux X-Games (nos J.O. à nous), la Nora Cup et son Haro plaqué or, etc, etc… puis sa marque Mirra Co et sa reconversion dans d’autres sports où il excellait également.

DaveMirra-Fise99-byVanHanja
Indian Air / Fise 1999 / by C. Van Hanja

Dave est revenu en France pour le Festival International des Sports Extrêmes à Palavas. Je me souviens lui avoir filé un sweat-shirt car il avait froid entre 2 runs.
Notre shop California Style avait eu le privilège d’être sollicité par Adidas France pour être distributeur des chaussures BMX « Dave Mirra Signature ».
Du coup je ne regarderai plus mes vieilles Adidas de la même manière sur leur étagère.
Aujourd’hui la planète média/sport parle de cette disparition jusqu’en France où le journal « L’Equipe » a partagé l’info, mais ces incompétents qui ne se sont jamais intéressés à notre sport ont trouvé le moyen de se tromper de photo d’illustration ! Heureusement la bienveillance de notre ami Daniel Mini a encore fait son job !
Voilà je suis triste, ce kid nous a fait rêver, il a repoussé les limites du BMX moderne. Pour nous aujourd’hui c’est un peu comme si les footeux avaient perdu Zidane, ou bien si Usain Bolt avait disparu en athlétisme.

Ride In Peace Mirracle Boy. »

Pépé évoque la finale par teams aux Worlds de Limoges en 1993, on a remis la main sur le run de dingue du Team Hoffman Bikes, des images signées Tone et Simon Stojko (Prodok Bmx TV) :

_________________________

Daniel Mini | Frame represent

« Samedi 6 février. Il est minuit et douze minutes. Poussé par mon copain Masto je commence à écrire ces mots. Bigre, le bougre sait être persuasif. Ça fait maintenant presque deux jours que le petit monde du bmx, vite suivi par la planète toute entière, a appris et relayé la nouvelle de la mort de Dave Mirra. Sale coup… Sensation étrange, légèrement perdu. Toute la journée de vendredi je me suis senti comme en plein dead saillor au dessus d’une des doubles de Grabels… Quand j’ai appris la nouvelle ce matin-là, sur le coup, j’ai pensé à un horrible fake. Je me suis dit « Pfff… C’est quoi c’te connerie encore? » Il faut dire que mon connard de téléphone venait de bipper pour me dire que la batterie était trop faible, à 5h15 du matin… Bien fait pour moi je n’avais qu’à l’éteindre…Ayant oublié de fermer Facebook, je tombe ébahi sur cette news… irréelle… Frénésie des doigts sur l’écran… Il faut se rendre à l’évidence… De sites en sites, de posts en posts la nouvelle devient… triste réalité… Je n’arrive pas à comprendre… Hein? Quoi? Mirra? LE Dave Mirra? Mon Dave Mirra à moi?!? Oui, MON Dave Mirra.

Nothing / Worlds Köln 1996 / by Olivier Weidemann

Ce gars faisait tellement partie de ma culture, ce gars m’était tellement devenu familier à force de le suivre par magazines et VHS interposés, il était tellement ancré dans mon inconscient depuis la fin des années 80, que bizarrement, j’ai réellement l’impression que c’est un de mes potes qui vient de commettre l’irréparable. Non je n’exagère pas, et je sais que je ne suis pas seul. Je sais que tous mes potes bmxers de ma génération ressentent un certain malaise en ce moment même, et ça me réconforte un peu. Dave Mirra, qu’on ait aimé ou pas sa période « X Games Athlète », et son côté « bigger than life » à l’américaine, c’était un pilier de la culture skate/bmx, et je sais, je suis certain que c’était quelqu’un de bien.

Dave en barspin sur le « gap des toilettes » imaginé par Daniel / Fise 1999 / by Kay Clauberg

Je l’ai croisé à deux reprises, et malgré la star qu’il était il ne se prenait pas au sérieux, ne prenait personne de haut. C’était un rider normal quoi, intensément passionné par le bmx, sauf que lui sur un bike il n’était plus du tout normal…C’était un monstre de talent et de volonté. J’ai conscience de n’avoir aucune légitimité pour écrire un tel texte, avant de l’attaquer je me disais « mais qui je suis moi? De quel droit moi Daniel Mini, vieux freestyler de 47 ans tout moisi je parle de Mirra sur internet? ». Oui mais fuck, fallait que ça sorte et à mon petit niveau je me devais de lui rendre hommage pour tous les moments magiques qu’il m a offert. Je sais bien que dans quelques jours tout le monde sera passé à autre chose. Mais pour moi, pour beaucoup d’entre nous, le souvenir de Dave Mirra flottera toujours à une dizaine de pieds au dessus de nous, tout comme ceux de Dave Vanderspeck, Neil Ruffel, Colin Winkelman, Philippe Perreira, tous partis de la même façon. Triste constat… Terrible constat. Je me dis que si vous avez un freestyler dans votre entourage, prenez-en soin.. malgré les apparences il est peut-être plus fragile qu’il n’y parait…
Thanks Dave, merci pour nous avoir autant fait rêver. »

Daniel fut à l’origine de l’aire de street du fameux FISE 1999 à Palavas, avec la venue exceptionnelle d’un charter de pros américains mené par Dave Mirra. Un événement incroyable pour l’époque ! Nous avons déniché et compilé les extraits de l’émission « Sports Evènements – Spécial FISE » (M6) consacrés à Dave :

Puis j’ai retrouvé un peu par hasard des rushes du FISE 1999 que m’avait confié à l’époque Hariss Bapikee. Un souvenir dingue ! J’ai monté rapidement les images consacrées à Dave, 11 minutes d’images brutes, sans musique, commentées en live par l’excellent Hariss en mode « fan de ». J’avoue que revoir tout ça a été très riche en émotion…

_________________________

Thomas Caillard | Clandé represent

« Parlons peu parlons franc. Je suis très sincèrement touché et même choqué d’apprendre le décès d un type que j’ai beaucoup admiré. La plupart des riders de ma génération ont tous voulu rider comme Dave Mirra, personne n’a réussi, il a toujours été au-dessus de nous tous et nous le savions bien. Par contre il a toujours été très humble et moi qui suis passionné par les paradoxes c’est un contraste que j’ai énormément apprécié chez lui. C’était une superstar et il était gentil.

Backflip / Limoges 1993
Backflip / Worlds Limoges 1993 / by 23Mag

Quand on a fait les Championnats du Monde à Limoges en 1993 les organisateurs ne parlaient pas anglais. Paradoxe. Bref pas grave ils m’ont demandé de gérer les américains, Dave Mirra était là, la première nuit on a dormi au foyer des jeunes travailleurs, endroit assez sordide. Je lui ai dit « écoutes je suis désolé c’est la France tu vois blablabla il m’a répondu t’inquiètes pas je ne suis pas venu ici pour ça, je suis là pour rider et représenter! » et il a rit. J’oublierais jamais. On a passé 2/3 soirées ensemble, on discutait, il était toujours au top, vraiment le type sympa. Je n’ai pas honte du tout de l’avouer, je l’admirais et j’aurais aimé rider comme lui, j’avais le même casque etc…. Je lui ai dit, il m’a répondu « ce que je fais c’est pas dur, c’est dans la tête, viens chez moi on ride tous les jours tu verras c’est facile. » J’ai pas pu.

Barspin tailwhip / King Of Concrete 1993 / by Armen Djerrahian
Barspin tailwhip / King Of Concrete Southsea 1993 / by Armen Djerrahian

Je l’ai revu a Southsea pour le King Of Concrete, j’ai fait un pauvre backflip sur une funbox improbable, il est venu me féliciter. Je tiens à ce que les gens sachent qu’il était comme ça. Je ne vais pas refaire l’historique de sa vie mais son attitude comparée à son statut de superstar c’était fantastique, même les riders new yorkais en ont parlé il était fantastique.

Le suicide est un choix qu il faut respecter. Je suis choqué parce que je n’aurais jamais imaginé qu’un tel type puisse en arriver là. Si on savait ce qu’il se passe dans la tête des gens…. Les vieux dictons sont vrais, la preuve, c’est toujours les meilleurs qui partent les premiers. Un jour avec lui à Limoges j’avais gagné oulala Champion du Monde de rien du tout, lui il avait une entorse à la cheville et des shows prévus à Los Angeles, du coup je lui ai dit « viens avec moi on va rigoler un peu », j ai dépensé 700 francs de Kriter, du champagne dégueulasse pas cher, on s’est fendu la gueule. Ça reste un bon souvenir.

Nike 6.0 BMX Open / Getty Images
Nike 6.0 BMX Open / Chicago 2009 / Getty Images

Comme beaucoup et je le dis fièrement, j’ai admiré Dave Mirra et j’aurais voulu rider comme lui, j’en étais pas capable. Personne. Je suis choqué par sa mort qui m’attriste beaucoup même si très franchement on était pas les meilleurs potes, il n’est jamais venu chez moi ni moi chez lui. Il a été une source d’inspiration pour pas mal de gens et au delà de ça, il m a fait rêver. Merci a la vie de m’avoir permis de le côtoyer. Je souhaite à ses proches, sa femme et ses filles en particulier, tout le courage nécessaire, ça va être surement très dur pour elles, je refuse d’écrire « rip dave mirra » comme tous les cons sur Facebook, moi j’écris « MERCI DAVE MIRRA » pour l’ensemble de ton œuvre et comme l’a dit Simon Tabron, puisses-tu avoir trouvé la paix. Je suis triste. »

_________________________

Mikaël Legrain | BMX Up represent

BMX Up #12 / ITV Dave Mirra / Juin 1998
BMX Up #12 / Interview Dave Mirra / Juin 1998

« A la fin des années 90, j’ai eu le plaisir de participer à l’aventure BMX-Up avec mes amis Jwel et Mat G., aventure pendant laquelle j’ai eu la chance de parcourir la France et un peu l’Europe pour couvrir quelques évènements comme la Backyard Jam, les Worlds et divers contests à droite ou à gauche. Avec le recul, je me dis que c’était une époque formidable car on sentait vraiment que notre sport redémarrait tout doucement notamment grâce au phénomène des X-Games après le gros creux du début des années 90, on entrait dans une nouvelle ère et ça c’était sympa à vivre.
A cette époque, les contests étaient encore rares et seulement quelques riders sortaient vraiment du lot contrairement à aujourd’hui où chaque jour nous apporte son lot de top riders dont le niveau ne cesse de nous étonner. Parmi ces quelques riders qui sortaient du lot, il y avait évidemment le déjà légendaire Mat Hoffman mais surtout la star montante Dave Mirra qui en quelques années avait pris une dimension dépassant les frontières de notre petit milieu pour devenir une véritable star des sports extrêmes, au même titre qu’un Tony Hawk et qui était presque aussi connu du grand public que de notre petit milieu.

Big Air / Glissexpo 1998 / by Stéphane Boussac
Big Air / Glissexpo 1998 / by Stéphane Boussac

Du coup, quand Jwel m’annonça que Dave Mirra, Mat Hoffman et Tony Hawk étaient sur Paris pour une démo à Glissexpo, on était déjà comme des gosses à Noël, ravis de pouvoir approcher à nouveau ces stars que j’avais eu la chance de croiser une première fois lors des Worlds à Limoges en 93.
En quelques jours, on avait récupéré nos pass pour l’évènement, il ne restait plus qu’à attendre le jour J. On s’était donné comme objectif d’interviewer Mat et Dave sur l’évènement. Facile à dire mais plus chaud à faire, sachant qu’en tant que journaliste en herbe, j’étais plus en mode « fan de » qu’en mode reporter d’investigation imperturbable…
Le premier à être interviewé par nos soins, c’est Mat Hoffman, la légende. Grosse pression, le mec n’est pas connu pour être des plus loquaces. L’interview se passe bien mais on sent une certaine distance, peut être lié à une certaine usure des interviews et des démos à répétition… Mais bon, c’est Mat Hoffman, c’est la légende, donc je me dis que ça doit être normal…

Indian Air / Glissexpo 1998 / by Stéphane Boussac
Indian Air / Glissexpo 1998 / by Stéphane Boussac

Le second à y passer, c’est Dave Mirra, la nouvelle star. Et là c’est le choc par rapport à Mat. Déjà on le sent plus friendly avec nous. Direct ça accroche. Il nous met tellement à l’aise qu’on a l’impression d’être avec un pote alors qu’on ne le connaît que depuis quelques minutes. On oublie tout de suite la distance qui peut se créer naturellement entre une star et ses fans, il se met à notre niveau, il est clairement super cool.
Je n’ai évidemment pas le souvenir de tout ce qui s’est dit pendant cet interview après ces plus de 15 ans écoulés, mais c’est vraiment ce qui m’avait marqué à l’époque, ce côté hyper abordable du type, souriant et surtout passionné. Passionné comme nous l’étions à l’époque mais lui on savait que c’était son métier, et du coup ça faisait toujours chaud au cœur de voir que cette passion était restée intacte malgré les dollars et la notoriété.

Enorme Flair / Glissexpo 1998 / by Stéphane Boussac
Enorme Flair / Glissexpo 1998 / by Stéphane Boussac

Évidemment, comme tout le monde, j’ai été et je suis toujours choqué par la mort de Dave, j’ai même du mal à l’écrire tellement c’est difficile à croire. Je me dis que j’ai eu vraiment de la chance de passer ces quelques moments en sa compagnie et j’en suis heureux, encore plus aujourd’hui. Au final, à travers ces quelques lignes, je voulais juste lui dire un grand MERCI pour sa gentillesse vis à vis de nous mais surtout pour nous avoir fait rêver tout au long de ces années. Tu vas nous manquer Miracle Boy. »

Nous avons retrouvé cette interview de Dave signée Mikaël Legrain et ses camarades de « BMX Up ». Il suffit de cliquer sur les images ci-dessous pour pouvoir lire :

bmxup01webbmxup02webEt à force de fouiner, j’ai également fini par remettre la main sur quelques rares images vidéos de cette mythique démo de Dave à Glissexpo Paris, des rushes extraits de ma vidéo « Bicloune » :

_________________________

Eric Rothenbusch | 23Mag represent

Deux heures de découpage au milieu des années 90 pour un pochoir du Mirracle Boy
Deux heures de découpage au milieu des années 90 pour un pochoir du Mirracle Boy

« Je suis né une dizaine de jours après Dave Mirra. Comme lui, j’ai commencé le bmx au milieu des années 80 et comme lui j’ai aimé ça. J’ai suivi ses aventures dans les médias, je l’ai vu progresser jusqu’à dépasser Mat le patron. J’ai croisé sa route une première fois à Limoges. J’ai ensuite halluciné sur son engagement, sur ses combats à coups de tricks lors des BS contests. J’ai aussi vu l’argent arriver et observé comment les champions du marketing réussissaient à le transformer en superstar.

Eric "23Mag" Rothenbusch et Dave / Fise 2009
Eric Rothenbusch et Dave / Fise 2009

J’ai croisé de nouveau sa route et compris que malgré les apparences il restait un cycliste comme toi et moi avec la foi du bmx et l’envie de partager la passion. J’ai été triste de le voir s’éloigner pour affronter d’autre défis mais prenant de la distance moi aussi, j’ai compris. Quel démon a enfin pu le conduire à mettre fin à ses jours, l’aveuglant au point de ne plus voir ceux qui l’aimaient ou l’estimaient, au point de ne plus avoir conscience qu’on a toujours de nouveaux défis, de nouvelles aventures à vivre, de nouveaux jeux à découvrir ? Alors que je pensais le connaître, je ne suis pas sûr de trouver la réponse un jour. Quoi qu’il en soit tu étais un bon gars et tu resteras dans nos cœurs et nos mémoires. Repose en paix le Dave. »

Je vous invite à parcourir la bio très complète de Dave compilée par Eric sur le légendaire « 23Mag.com ».

_________________________

Christophe Boul | Boul Planet represent

Boul03« Quelle immense tristesse d’apprendre sa brutale disparition…et immense regret de ne pas avoir pu lui envoyer son dessin… prévu la semaine dernière… par manque de temps je n’ai pas pu lui faire… j’en suis encore plus dévasté de peine et de regrets… Rip Dave promis ton dessin sera flamboyant comme ta vie de Freestyle de génie ! »

Boul-600x300

_________________________

Pour compléter ces vibrants témoignages, nous avons déniché quelques petites pépites qu’il nous semblait intéressant de partager… Pour le souvenir !

Urban #7 / Mars 1998
Urban #7 / Mars 1998

En Mars 1998, Dave avait fait la une du magazine « Urban », sa seule une sur un magazine français… C’était à Glissexpo Paris, lors de ce fameux show avec Mat Hoffman et Tony Hawk entre autre, et cette journée restera à tout jamais gravée dans ma mémoire ! J’avais eu l’immense privilège de pouvoir filmer le show depuis la plateforme du half (voir montage plus haut), et j’ai encore du mal à trouver les mots… L’amplitude de ses aérials, la fluidité de ses runs, la facilité de son riding… Quelle folie ! Je n’oublierai jamais !… Lionel Cardoso avait interviewé Dave, Guedz et Armen l’avaient illustré. Je vous laisse lire ou relire en cliquant sur les images :

Urban02web

Urban03web

Pour l’anecdote, vendredi 2 avril 1999, quelques jours avant le FISE de Palavas, Dave était invité en direct dans la première partie de l’émission « Nulle Part Ailleurs » sur Canal Plus. J’avais eu le réflexe d’appuyer sur le bouton rec de mon scope et de garder la VHS. L’interview vaut ce qu’elle vaut, les animateurs ont mal préparé leurs fiches (…), mais la petite démo de flat par l’un des meilleurs rampriders de la planète restera le moment fort… Pour le souvenir, encore une fois !

Et au rayon « encore plus léger », nous avons remis la main sur une courte interview de Dave pour le fanzine « 23Mag » début 2000, un petit condensé de joli n’importe quoi auquel il s’était prêté avec gentillesse et simplicité lors du Glissexpo à Disneyland Paris. Il savait être parfaitement disponible pour ses nombreux fans…

23Mag-ITVMirraWebPlus récent, en 2003, Dave avait enflammé le Fise de Montpellier avec son tout premier « wall to flair » puis un « flip tailwhip over the spine » intersidéral. Ci-dessous la vidéo « hommage » proposée par le Fise :

Puis en 2007, le magazine « Cream » avait également interviewé « Miracle Boy ». Je vous laisse relire les réponses aux questions de Christian Van Hanja et Arthur Dietrich :

Cream25-Oct2007-01webCream25-Oct2007-02webCream25-Oct2007-03webPour terminer, je vous invite à lire le très bel hommage de Ben Bello sur le site du magazine « Soul », et le témoignage de Matthias Dandois sur le site « Vice »…

Merci pour tout Dave.

dave-mirra1