2012-06 SAULON OLDSCHOOL REUNION

Quelques réactions suite à cette belle réunion oldschool organisée sous le soleil de Saulon-la-Chapelle par Fred Duclos, le président du club…

CLAUDE VUILLEMOT

Ce week-end, les Vuillemot père et fils ont brillé. On sent que Claude est resté un compétiteur dans l’âme, et sa sympathie n’a d’égal que son goût intact de la « gagne ». Merci Claude de nous faire partager ces moments…

« Saulon Inside by Claude Vuillemot », c’est juste en-dessous, une exclu pour olschoolbmxfrance.com ! (Crédit photos: Joce Vuillemot)

« On l’attendait toutes et tous cette journée du 24 juin…

Retour en arrière de quelques semaines…

Quand Fred Duclos le président du club de Saulon la Chapelle m’a dit vouloir organiser une « oldschool » un mois et demi avant l’évènement, j’étais un peu dubitatif sur la possibilité de réunir du beau monde en s’y prenant si tard. Mais c’était sans compter sur le désir de se revoir de pas mal d’anciens pilotes des années 80 et tout particulièrement ceux du team Motobécane Mongoose avec lesquels j’ai gardé quelques contacts. Me voilà donc parti dans une quête impossible, passant des coups de fils tous azimuts pour tenter de rameuter les vieux potes.

De jours en jours, la liste des « promesses » de présence s’allongeait avec des rebondissements jusqu’à deux jours avant. Un mal pour un bien : Le fils de Xavier blessé n’allait pas pouvoir participer à sa compétition de VTT (le pauvre) mais du coup cela permettait au pilote GT d’être des nôtres. Gianni Lalli qui devait être prévenu par Luc n’avait pas eu l’info. Heureusement, lorsque j’ai pu le joindre le jeudi 21 au soir (2 jours avant), il a immédiatement été emballé. Bilou Kastler (prévenu aussi à l’arrache) quant à lui ne pouvait se déprendre en raison de son boulot. Luc devait déclarer forfait à la dernière minute ayant pris un engagement par ailleurs et Franck Roman qui, habitant actuellement du coté de Bordeaux, ne pouvait plus organiser son déplacement.

Parmi la première promo des superclasses, 5 allaient être présents. Imaginez quel bonheur de retrouver : Gianni, XR, Edouard accompagnés de Christophe Vico.

Evidemment, j’avais revu certains d’entre eux, parfois récemment même. Mais pour d’autres comme Sylvain Billon et Gianni, ça remontait à l’an 2000. Plus encore : je n’avais pas eu la chance de croiser Laurence Simon depuis… 25 ans peut-être. Mais finalement, si les années ont passé, le souvenir est resté intact et immédiatement lorsque l’on s’est retrouvé, on a eu l’impression que les années 80, celles de la folie du bicross à ses débuts, c’était hier.

Le grand jour arrive.

Claude et Valentin Vuillemot en tenues d’époque.

Le matin, j’ouvre les cartons et retrouve des vieilles tenues MBK et Oxbow. Je choisi le pantalon avec lequel Stu Thomsen (le pionner des ricains) avait roulé à Bercy. MBK lui avait fait un contrat spécial pour cette course et j’avais récupéré ce joyau.

Pour le bike, je me dis qu’il va falloir jouer le jeu de l’évènement historique. C’est naturellement le MBK du japon en 84 que je décide d’embarquer. Ce cadre proto avait été spécialement modifié à ma demande (car je trouvais que les mx 400 n’avaient pas assez de hauteur entre le boitier de pédalier le collier de selle. Je trouvais qu’ils manquaient de rigidité et puis avec les selles hautes, l’esthétique ne me convenait pas complètement). Petit anecdote autour de ce vélo : j’ai tapé de l’avant sur la quadruple en première ligne au japon, ce qui m’avait voulu une énorme boite. Les deux tubes qui partent de la colonne de direction s’en souviennent encore car ils sont légèrement tordus.

Au fil des heures de la matinée, ça me turlupine et je décide de me munir d’un second vélo, plus récent : le Holmes avec lequel j’ai fini ma carrière. Maladroitement d’ailleurs puisque je m’étais retrouvé à terre sur la première double de Vesoul en juillet 1993 pour ma dernière apparition officielle. Ne me demandez pas comment c’est arrivé, j’ai eu une perte de connaissance de plusieurs minutes assez traumatisantes. Imaginez que sur le moment, je ne me souvenais pas que je venais de me marier quinze jours auparavant !

Me voila donc en train de dépoussiérer le S&M. J’aurais pu me la jouer Pirates des Caraïbes tellement il y avait de toiles d’araignées. Chris qui était là à préparer sa monture me donne un petit coup de main et il va même jusqu’à mettre un peu de dégrippant sur la chaine au cas où je décide d’appuyer un peu sur les pédales.

Midi : on se retrouve avec quelques uns à la maison autour d’un barbecue et de quelques souvenirs. Un grand moment que je n’ai malheureusement pas pu partager avec tous les présents du jour car il aurait fallu une salle des fêtes.

14 heures : la surprise. J’avais combiné la veille avec Jean Luc Ferré qu’on se ferait un appel vidéo sur skype. Un grand merci à lui d’avoir mis le réveil à 5 heures depuis la Californie pour le plus grand plaisir de tous les présents.

Je suis obligé de les secouer pour qu’on soit à l’heure. Ça traine à table. Certains s’échauffent sur la mini piste à coté de la maison. On décolle de Boncourt direction Saulon.

Pas de bol on arrive quand les essais se terminent. Ca commence un peu mal et on se fait déjà remarquer !!! On tombe dans les bras d’Edouard et Fred Cassan qui sont arrivés directement à la piste. René est là aussi avec M. Legrand (papa d’Erika). José est déjà installé sous la tente avec ses vélos du musée. On salue tous les autres oldschool qui ont eu l’amabilité de venir à cette rencontre. Parmi eux, Olivier Imbert un des pionniers dont le père (Raymond) a été le président et fondateur de l’AFB avec Réné et quelques autres.

En discutant, j’apprends qu’il y a une course Cruiser. Ca tombe bien, j’avais aussi apporté un vieux Boss que je devais vendre à Philippe. Allez, je me lance dans la compét 24 pouces. Dur dur de se motiver sous cette chaleur de plomb. Comme la piste est physique, je la joue tactique sans trop forcer sur les premières lignes et au fil des tours, je rentre dans la course. C’est plus fort que moi, je m’étais promis de rouler cool, pour le fun. Je l’avais promis à Xav mais quand je suis derrière une grille, je ne sais pas me retenir. Il faut que j’attaque. Et me voilà 2edans le dernier virage en finale avec encore un peu de jus. Qu’est ce que je fais, je lance le sprint pour le spectacle ? C’est parti ! Les jambes commencent à chauffer un peu mais ça rappelle de bons souvenirs. Je regarde à gauche en me disant que David doit avoir gagné mais les pointeurs en décident autrement en m’attribuant la victoire. Quelle belle bagarre. Je suis à la fois surpris et crevé. Sur le coup, je me dis que je ne pourrai pas faire le 20 pouces tellement j’ai mal aux jambes. Et puis, non. C’est là qu’il y a le plus d’inscrits. Je me dois de le faire.

Claude et Philippe Loeullier

Nouveau challenge et nouveau temps de réadaptation au vélo. J’ai pas fait de 20 pouces depuis des années mais les sensations reviennent vite. Après un première start en roue arrière, je dompte la bête et réussi même à me faire plaisir. Me revoilà en finale. Cette fois, je pars pour faire au mieux 2 ou 3. Edouard nous présente comme si on était des finalistes aux J.O. ! J’ai pas de stress car je suis persuadé que je ne vais pas gagner. Le starter lance la box. C’est un départ long. Je patiente et me surprend à faire une sortie de grille impeccable. Belle première ligne à la bagarre. Je profite de mon placement à l’intérieur sur la grille pour me faufiler en bas au premier virage. Je glisse un peu de l’avant, pose pied à terre et je m’attends à me faire déposer sur l’accélé suivante. Personne ne parvient à me rejoindre alors je me dis que je vais pouvoir assurer la 2e place. Un bon cabré (sans taper cette fois – mais il a fallu que je m’arrache) suivi d’un extérieur en 2e virage : voilà ce qui m’a permis de me rapprocher rapidement du leader en 3e ligne. Comme je suis dans sa roue, je l’attaque pour le fun en pensant qu’il a un meilleur finish. Mais il abat ses cartes en m’avouant ouvertement qu’il n’a plus rien dans les jambes. Je m’engouffre dans la brèche et décide de tout donner. C’est donc le doublé inespéré qui me rappelle de bons souvenirs. Et puis ce Holmes, il aura au moins terminé sa carrière en passant la ligne d’arrivée (ce qu’il n’avait pas fait à Vesoul en 93). Les vieux démons sont exorcisés !

Certains doivent à nouveau traverser la France dès ce soir ou demain matin de bonne heure. C’est passé trop vite. Il faudra qu’on remette ça un de ces jours. C’était vraiment génial ! »

Podium avec David Ceyssel et Philippe Loeullier
Au micro avec Ed Cordier

Vous pouvez feuilletez l’énorme album photos en ligne de Joce Vuillemot ici : https://plus.google.com/photos/113829973162135516614/albums/5758409812490103041

CHRISTOPHE VICO

L’inestimable Chris « Little Vic » Vico nous livre ses impressions sur ce rassemblement Oldschool parrainé par le légendaire Claude Vuillemot. Il a bien vibré pour son retour sur un 20 pouces (son Pro Winner d’époque s’il vous plaît) et nous fait partager ses émotions. Grand merci au toujours disponible Chris, un super mec !

Olivier Imbert, Xavier Redois, Christophe Vico et Claude Vuillemot au micro de Ed Cordier (Photo: Fabrice Passarelli)

« Et me voila enfin sur la grille de départ de cette fameuse Old school organisée par le club de Saulon la chapelle ainsi que mon pote Claude Vuillemot. La Bourgogne est verte et paisible.
En ce bel après midi de juin il fait 28 °c à l’ombre …On cuit !

Deux heures plus tôt nous étions en mode “retrouvailles” chez Nadine et Claude, submergés par l’émotion de se revoir pour la plus part 25 ans après. Valérie Hubert, Laurence Simon, Xavier et Nathalie Redois, Gianni Lali, Sophie Riffey ainsi que Mr et Mme Sylvain Billon. Rires larmes et joie profonde venue d’une autre époque, d’une épopée connue de nous seuls.

Bref j’ai un peu trop abusé de la Bière au Glaude et me voila sur cette foutue grille, ballonné mais heureux comme un gosse de 8 ans ! Surtout ne pas se faire mal : Des siècles que je ne suis plus remonté sur un Bmx j’ai l’impression d’être Donkey Kong assis sur une trottinette ! Et puis ce foutu tendon d’Achille recousu va t’il tenir le coup ? Bon je vais faire un petit tour de piste en touriste et frimer un peu sur mon Pro Winner 20  » tout de bleue refait pour l’occasion. Pas question de me prendre au jeu. Purée il fait chaud, j’ai la bouche sèche et le cœur qui bat…

Quoi ? Comment ça le cœur qui bat ? Je suis debout sur les pédales et voila que les bonnes vielles sensations de trac reviennent. Non…Pas bon Tof, un an que tu n’as plus pédalé… ne fais pas ça !!!

…Watch the lights ! La grille est tombée, j’accélère à fond mais je pars un peu à gauche, satané tendon trop faible… Pas grave… 1ère double ça saute vite, 2ème ça passe bien… génial voila le 1er virage, je pompe sur la réception et je rentre dans le virage aussi vite que je peux les épaules larges. Je pousse deux mecs, hé hé 20 kg de plus qu’il y’a 25 ans ça aide. Purée je suis dans le peloton de tête, que c’est bon de ressentir cela à nouveau… arrivée au bout de la ligne droite je suis deuxième… comment c’est possible ?
Haaaa… Je réalise soudain que les mecs derrière moi sont plus fort, surtout Claude et il va me manger tout cru! Pas question ! Je ne lâcherais rien… derniers woops… j’ suis épuisé mais 2ème. Quelqu’un me parle, je le voie floue et je lui réponds “ tfgrreumndeuu….” Je n’en peux plus… je vais mourir !

Trois minute après, ça va un peu mieux, je regarde Valérie Huber qui est toujours décomposée, sur la piste Xavier fait le show. Et voila j’avais juré d’être prudent mais l’appel lointain d’hormones fossilisés de racer ont eu raison de moi. Mais qu’elle merveilleuse sensation ! Finalement ce tendon d’Achille pété il y a un an m’aura permis de me connecter sur Face de bouc, de retrouver tous mes vieux potes et de venir à cette première Oldschool. Un mal pour un bien, comme quoi on ne peut jamais prévoir….

Claude quand à lui ne pourra pas non plus s’empêcher de mettre tout le monde d’accord en finale tout comme Valentin Vuillemot junior le lendemain (ah ah quelle famille de furieux !)

Fred Cassan mon ami Aptésien et Gianni Lali resteront spectateurs mais au combien dans nos cœurs. Quand au doyen des pilotes Oldschool, Edouard Cordier, quel bonheur de voir le vice-Champion du Monde 1983 toujours aussi jeune.

Enfin bravo Mr Mano «Quiet Resistant» et la tribu du “Muséum d’Histoire Naturelle” avec leurs BMX préhistoriques de ouf ! Ravi d’avoir revu Olivier Imbert, Vincent Dufouleur, José Delgado et tous les V.I.P du jour. Mention spéciale et respect pour le noble mister Philippe Loeullier !

Salut Valérie, Nadine Laurence et Sophie, qu’est qu’on s’est marré les filles, vous êtes géniales. Merci au Club de Saulon et à mon Glaude, c’était du rêve en technicolor et grand écran panoramique surround grâce à toi !

C’est décidé avec mon fiston on attaque la compet l’année prochaine.« 

LAURENCE SIMON-BALARD

Place aux dames avec Laurence Simon-Balard, rideuse des eighties, venue avec sa cops Valérie Huber. Grosses retrouvailles avec les potes de l’époque. Elle a « kiffé » Lolo !

Laurence Simon-Balard, René Nicolas et Valérie Huber

« Salut, c’est Laurence BALARD, plus connue sous le nom de SIMON, quand je faisais partie dans les années 80 du team VITUS MAVIC au sein du Club de La Ferté Gaucher avec Jean-Jacques Baud et Karine Vallee. Certains d’entre vous se rappelleront de moi, d’autres moins, mais il est vrai que je finissais souvent en seconde place derrière Val HUBER  » L’oeil Du Tigre  » ou alors pas classée quand je chutais.

J’ai fait partie de l’équipe de France en 84 au championnat du monde au JAPON et me suis « éteinte » fin 86 au championnat de France où je me suis bien gamellée et à l’issu de quoi la peur des obstacles eu le dessus sur ma fougue habituelle rendant mes résultats plus anecdotiques.

Il est donc 4h40 du matin, ce samedi 23 juin et mon réveil sonne depuis presque 1 h !!! Heureusement je reçois un sms de Val HUBER qui me redonne de suite la pêche. Il me tarde de la retrouver ainsi que tous les autres. Je prend la route à 5h30 de Normandie et en arrivant sur Paname, j’en oublie la direction de la N104 vers l’A6 tellement je suis repartie 25 ans en arrière et je me retrouve sur l’A10 en direction d’ORLEANS !!!! Génial, ùu se trouve la première sortie ???? 25 bornes + loin et là je me fais arrêtée après le péage par les flics pour souffler dans le ballon ! Enfin bref, je fais demi tour repars pour 25 bornes de plus !

Après avoir enfin rejoins l’A6 et suite à quelques échanges de SMS avec Val, J’arrive sur Dijon où je me paume encore et j’appelle encore ma cops à la rescousse. Ouf, j’arrive enfin sur la piste de Saulon La Chapelle où se retrouve heureuses, émues, excitées toutes les 2 même si on s’était revues à Longuenesse (au rassemblement de Philippe Loeullier) en septembre de l’année dernière ! Que de bonheur je vous laisse imaginer !

Bref on prend la voiture de Val car elle possédait « la géraldine » pour nous guider jusqu’à chez Claude Vuillemot où nous devions retrouver Chris Vico, Sylvain Billon et sa femme, Xavier Redois, Gianni Lalli, Sophie Riffey (que je ne connaissais pas particulièrement mais une fille que j’ai appris à connaitre et franchement géniale), ainsi que Nadine, la femme de Claude et leurs enfants, Valentin et Justine. On était toutes les 2 comme des ados dans la voiture fallait voir ça mais que c’était bon .

En arrivant chez Claude on est descendu de la voiture et on s’est mis tout simplement à rire s’embrasser que c’était bon de se retrouver 25 ans après. L’apéro suivi d’un bon repas accompagné d’un bon vin, ajouté à la chaleur ambiante, n’a fait qu’amplifier l’excitation qui était la nôtre lorsque vers 15h, nous sommes arrivés sur le site de Saulon La Chapelle pour retrouver les autres OS riders que nous n’avions pas encore vus. Et c’est parti pour l’enfilage des tenues, Claude me passe un maillot Muray collector que tout le monde à voulu me braquer, mais je ne suis pas repartie avec !

Arrivés sur la piste on retrouve Fred Cassan, Ed Cordier, René Nicolas et bien d’autres encore ! Je vais enfin découvrir la piste et faire 2 tours de « chauffe » avant mon start en grille de départ !!! Une piste longue, un beau tracé avec des bosses à gogo, mais pas trop hautes de quoi s’éclater, se faire plaisir et surtout se remémorer de belles années passées !

Pour moi ce qui comptait le plus c’est de me retrouver sur la grille de départ, d’essayer de me mettre debout sur mon vélo, d’entendre le « Watch The Lights » et de voir s’abaisser la grille ! Le pied !

Je les vois tous partir et je reste en retrait ! Je ne suis évidemment pas aussi sûre de moi 25 ans après, mais j’ai franchement kiffé de faire mes tours de piste ! Je me suis éclatée, régalée tout en douceur! C’était bon juste bon ! Alors évidemment, j’ai fait 8-8-8, mais aucune importance comparée au bonheur de rider de nouveau !

Il y avait une ambiance de ouf avec un Ed Cordier déchainé au micro. La finale arrive déjà avec un Claude surmotivé en grille qui gagne devant David Ceyssel et Philippe ,Loeullier qui n’en revient toujours pas de faire un podium avec le Glaude !

Enfin un week-end de folie magique de retrouvailles avec des fous rires perpétuels bref que du bonheur. Je remercie Facebook et plus particulièrement ma fille Océane de m’y avoir inscrite l’année dernière qui sans elle je ne vous aurait jamais retrouvé et permis de revivre tous ces moments avec vous !

Un grand merci à Claude et Nadine pour leur accueil très chaleureux et merci aux autres « Oldschoolers » d’être restés vous-mêmes.

Alors je vous dis à tous à l’année prochaine sans hésitation. »

___________________________

Merci à Fred Duclos pour ce magnifique événement ! Fred nous a également concocté une petite vidéo « souvenir »… Enjoy…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BMX Memories from past and present