MES VERRUES A MOI

Putain 20 ans…
Les V.U ont 20 ans. Même si depuis quelques années,  je ne m’y déplaçais plus trop (dos plus que récalcitrant depuis 2010 et moyen fan du riding tournicoti de bac à mousse), l’événement d’Olivier Morineau était toujours dans un coin de ma tête. C’est une institution et il fait totalement partie de l’histoire du BMX Français. Suite à un miracle (visiblement dû à un changement important dans ma vie), je me suis remis à rider l’année dernière juste avant la 19ème édition, mon dos m’ayant soudainement autorisé à remonter sur mon vélo. L’ambiance y était tellement détendue que j’avais même hésité à faire le contest 30+. Finalement vu mon manque de riding, je m’étais contenté de faire juge… De toute façon, fallait bien ça pour arriver à faire ENFIN gagner Papa Garreau (je rigole ça va oh!!) Mais bon au final je m’étais régalé et ce weekend m’avait réconcilié avec les contests, et j’en étais parti regonflé à bloc.

C’est donc hyper motivé de revoir les copains et de rouler avec eux que je monte enfin à ce Pessac 20ème édition.

Shogun – Papi – Sam (Tof JP Lale)

Dès mon arrivée, je sais pas pourquoi mais je choppe une large sourire qui ne me quittera pas jusqu’au dimanche soir. Un petit crochet sur le spot de street dans la fac pour voir les Bandits finir les préparatifs des qualifs street, et je file à la buvette m’inscrire en 40 +. Mon premier contest depuis environ 16 ans, et je crois le quatrième de toute ma vie. Fallait vraiment que j’ai envie de rouler avec les potes putain ! Punaise..une grande partie des vieux copains sont là.

Le park est cool, très courbe et funbox. Plutôt bien pour des vieux, mais ceux qui comme moi ne roulent jamais de trail ou de funbox tentent de s’amuser ailleurs en essayant d’éviter tous les jeunes qui sont à fond dans tous les sens en brakeless. Loin de moi l’idée de critiquer le riding brakeless, j’en ai fait partie lors de la première vague en 96 et j’ai trop adoré ça mais j’avoue qu’en prenant de la bouteille slalomer entre eux à 2000 à l’heure j’étais moyen serein. En gros j’ai l’impression d’être un aimant à rider sans frein ! Je rate le practice de 12h30 donc je n’ai pas vu rider Damien Croce qui avait capitulé et fait le déplacement (je lui avais un peu mis le couteau sous la gorge j’avoue). Mais son sourire et son tee-shirt détrempé me confortent dans l’idée que j’ai bien fait d’insister. Le surdoué de Montpellier s’est visiblement régalé, vraiment dommage qu’il ait été contraint de rentrer tôt le dimanche et n’a pas pu faire le contest 30 +.

Olivier, si tu veux voir rider les Jérôme Gauthier, les Dimitri Ivanov, les Damien Croce, etc.. l’année prochaine je pense qu’il faudra faire passer les « vieux » le samedi, je ne manquerai pas de te prendre la tête pour l’année prochaine va.. 😉

Les practices sont rapides (par tranches d’une demi-heure) mais revoir des gars comme Thierry Alaux, Papa Garreau, Jacquo, etc, se faire plaisir ça n’a pas de prix. Y’a même José Delgado qui est présent, affamé de riding encore à 53 balais, et surtout chaud bouillant malgré son poignet opéré (avec force zéro), et surtout sa cheville récemment verrouillée. Le Zeoj est vraiment un sur-homme, ultra passionné et force le respect. Il ira se poser en pegs stall en haut du wall après seulement trois essais. Il avait en tête d’y faire disaster, et si il n’avait pas dû partir le samedi après-midi je pense qu’en contest il l’aurait tenté, et certainement rentré. LEGEND.

Sam – Papi – Zéoj  (Tof F. Belliot)

Certes globalement la tonicité et la fougue commencent à être moins intenses (quoi que..ça dépend pour qui, hein Shogun ?) mais la technique et la maîtrise sont toujours au rendez-vous., le sourire et la passion n’en parlons pas. Je profite de ces practices pour faire enfin connaissance avec des gars que je croisais de temps en temps, comme Bertrand Chirade. Le gars est trop fort, fait des supermans de jeunots sur le funbox, et avec le sourire. Un bel exemple. Rencontre aussi avec Anthony Valentin qui arrive même à me motiver pour qu’on teste latéral wall sur le côté du step up. C’est vrai que la courbe est super douce, ça faisait des années que j’avais envie de tester et grâce à lui j’ai osé me lancer. J’avais oublié la sensation d’apprendre un nouveau trick, merci à lui.. Et il le rentre aussi alors le plaisir est partagé. Royal.

Practice park is over alors direction les qualifs street à la Fac. Retrouvaille avec mon connard préféré aka Sam qui ne peut s’empêcher de faire sa démo de flat old school au beau milieu des streeters. Ce gars là n’a peur de rien, c’est un malaaaaade! Ça roule fort, très tech mais Clément Baes et un autre jeune se mettent en tête de gapper au dessus du ledge à kink en bus. L’image du bike qui percute la caméra de je sais pas qui aurait gagné les 10000 francs à Video Gag direct en temps normal.

Je vais mater les qualifs pro park, comme prévu ça roule fort, mais pour moi le compteur de whip est un un peu trop sollicité. Par contre je prends mon pied (comme tout le monde) avec les runs de Thomas Benedetti plein d’amplitude, de flow et de style. Ça fait du bien. J’attends les finales de street avec impatience. Finales très intéressantes, même si le park est plus ciblée courbe, les gars arrivent à s’exprimer fort sur la partie street et passent je pense un bon moment.

Massimo, King of Ventriglisse (Tof JP Lale)

C’est l’heure de la soirée organisée sur le parking par les Pelles Usées .. Progressivement tout le monde se joint à la troupe. Je n’avais jamais vu ce fameux ventre-glisse mais ça c’était avant. Putain les gars sont à fond. Malgré les 8 degrès max, ils y vont en calebute.. Massimo me fera complètement halluciner en sautant le bump en mode saumon qui remonte la rivière mais avec atterrissage sur la tête. En se relevant il me dira « putain j’ai comme un blanc là ».. Tu m’étonnes. Je ne l’avais jamais vu en « action », bah j’ai pas été déçu je vous garantis que la photo prise par JP Lale va faire un malheur.. Gros moment de rigolade pour la suite de la soirée qui pour moi se termine à 1h30, n’oublions pas que je suis vieux.. En partant j’ai une grosse pensée émue pour la copine de Damien Croce et leurs enfants qui ont eu la mauvaise idée d’essayer de dormir dans le camping-car stationné à environ 5m de la beuverie..angoisse.. Le fils de Damien ne dormira pas et passera une partie de la nuit à regarder par une fenêtre les « adultes » faire n’importe quoi. Il dira le lendemain à son père: -« ah oui, je comprends maintenant pourquoi t’es comme ça..Ils sont tous aussi fous que toi en fait les freestylers ». C’est vrai que c’est son premier gros contest, le kid est plus habitué à l’ambiance feutrée des courses de race. Il ne s’est pas qualifié en finale, mais il a appris cancan et il s’est bien marré, j’ai peur qu’il prenne goût au côté obscur de la farce.. comme son père fût un temps..

Le réveil est comment dire..douloureux. Ça faisait un mois que je n’avais pas touché le vélo à cause d’une légère entorse au genou.. Je me dis que c’est mort pour la suite de la journée. Mais c’était sans l’effet « émulation » de groupe : voir tous les copains rouler me fait oublier les courbatures et la douleur et je monte une fois de plus sur mon petit vélo, pour la 6325735 ème fois de ma putain de vie..

Sam (Tof JP Lale)

Le « contest » se passe à merveille. L’ambiance est juste trop bonne, le public ne nous jette même pas de tomates pourries, il nous encourage même et a l’air de se faire plaisir, même quand Sam leur inflige sa routine de flat 🙂 Le gars nous volerait presque la vedette à nous les cascadeurs ! Nan mais c’est quoi ce bordel ?!?

Je fais mes runs plus pour m’amuser et profiter que pour prendre des risques..de toutes façon au bout de trente secondes je suis en apnée, épuisé et je ne sais plus quoi faire, mais je m’en fous complètement . Je suis là, avec mes copains à faire ce que j’aime le plus au monde.. sensation géniale. D’autres sont là aussi pour s’amuser mais putain voilà le niveau de malade qu’ils ont encore. J’ai l’impression de voir le Jacquo que je voyais au Fise en 2000, Papa Garreau toujours aussi technique, Bébert qui rentre tout, Fanch qui roule comme un ado, Eric Teillagorry qui met le feu, roule fort et super funky, Franck Belliot qui n’a pas trop les pieds en face des pédales (tu m’étonnes vu la veille) arrive à faire un tail tap to nose pick, Thierry malgré son léger lumbago qui arrive à kiffer (540 tail tap, nose wheelie plat-descente à la Miron sur funbox), et Shogun qui casse absolument tout. Il m’a avoué après que ce nose-pick sur le wall le hantait depuis qu’il était arrivé sur le park quelques jours avant..Il fallait à tout prix qu’il le fasse.. On ne vit vraiment pas sur la même planète Stef..

Je décolle enfin – Tof JP Lale

Le contest est fini, je crois que tout le monde est heureux, personne ne s’est vraiment niqué.. Je suis persuadé que l’année prochaine les gars seront toujours là..et sans doute encore plus nombreux.

On reste avec les vieux pour la fin des VU, à refaire le monde et raconter des conneries plus grosses que nous. On tombe la bouche sur le niveau des jeunes (Romain Soulhol, souvenez-vous de ce nom), on prend peur pour l’Anglais qui frappe la tête. On regarde la remise des prix même si c’est tard et que le route nous attend et qu’on bosse le lendemain. On essaye de suspendre le temps en gros, en vain. On se dit que le BMX a encore de beaux jours devant lui, Jeux Olympiques ou pas.

Voilà, les 20 ans des VU c’est dernière nous.. merci Olivier encore pour cet évent authentique et pour la caté « vieux croûtons » et vivement la prochaine. Et un conseil soyez là si des catégories 40+ débarquent sur d’autres contests. Ca vaut le coup.

Daniel Mini

La caté 40 et + de Pessac 2017. from daniel mini on Vimeo.

Montage de dernière minute avec les images de Jérémie Carrère et Alaric Streif. Je n’ai pas tout le monde, désolé.. L’année prochaine j’espère filmer si je ne roule pas.

L’album photos (Merci JP Lale)

Facebook comments:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *